•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible braconnage d'une dizaine d'originaux au nord de Forestville

Un cadavre d'original gisant aux côtés d'un placenta

Le présumé acte de braconnage, au 24 km sur la route 385 au nord de Forestville

Photo : Nancy Therrien

Radio-Canada

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs enquête sur un possible cas de braconnage survenu près de la route 385, au nord de Forestville. Des individus auraient abattu six orignaux adultes et quatre fœtus.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Cet article contient des images qui peuvent heurter la sensibilité d'un public non averti.

Le Ministère reconnaît que les photos qui circulent sur les réseaux sociaux, où l'on voit les corps disséqués des bêtes, correspondent bien à un abatage près de Forestville. Son porte-parole, Sylvain Carrier, signale qu'aucun témoin de la scène n'a été identifié pour le moment.

Des indices et des échantillons ont été recueillis sur place à des fins d'enquête. Sylvain Carrier dit avoir « bon espoir de retrouver les auteurs de cet acte-là ».

Toutes les pistes vont être étudiées. Ça tend de plus en plus vers un acte de braconnage.

Sylvain Carrier, porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
Trois cadavres d'orignaux côte à côteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le présumé acte de braconnage, au 24 km sur la route 385 au nord de Forestville

Photo : Nancy Therrien

Nancy Therrien, de Forestville, raconte qu'elle circulait sur la route 385, dimanche soir, quand elle a vu des traces de sang dans la neige près de la chaussée. Son mari et elle ont suivi le chemin d'une piste de motoneige sur une distance d'environ un kilomètre et demi pour arriver sur les lieux de la scène.

Il y avait deux grosses femelles enceintes, des jumeaux, avec le cordon ombilical. J'avais de la difficulté à regarder ces scènes-là. [...] J'en avais les larmes aux yeux.

Nancy Therrien, citoyenne de Forestville

Dans le communiqué, le Conseil des Innus de Pessamit dénonce ces gestes posés sur leur territoire. Le communiqué indique que « les images associées à cet événement [...] sont contraires au mode de pratique traditionnelle des Innus ». Le Conseil entend collaborer avec la Direction de la faune pour le déroulement de l'enquête.

Avec les informations d'Olivier Roy-Martin

Côte-Nord

Chasse et pêche