•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU dénonce des « horreurs » dans les prisons libyennes

Des Libyens, devant une murale commémorant un massacre de prisonniers survenu à la prison d'Abou Slim.
Des Libyens, devant une murale commémorant un massacre de prisonniers survenu en 1996 à la prison d'Abou Slim, à l'époque de Mouammar Kadhafi. Photo: Getty Images / MAHMUD TURKIA
Agence France-Presse

Des milliers d'hommes, de femmes et des enfants sont détenus dans des conditions « horribles » en Libye par des groupes armés qui leur font subir des tortures et autres mauvais traitements, selon un rapport de l'ONU publié mardi.

Des informations recueillies par le Bureau des droits de l'homme de l'ONU et la Mission d'appui des Nations unies en Libye (MANUL) ont révélé une « généralisation » en Libye de la « détention prolongée et arbitraire et des violations systématiques des droits de l'homme en détention », selon le rapport.

La Libye a sombré dans le chaos après la chute du dictateur Mouammar Kadhafi à l'issue d'une révolte populaire en 2011. Des groupes armés ont profité de cette situation pour combler le vide.

À partir de 2014, ces derniers ont arrêté des membres de factions rivales, mais aussi des journalistes, des hommes politiques et même du personnel médical, selon le rapport.

Ce rapport révèle au grand jour non seulement les abus indicibles et les violations que subissent des Libyens privés de leurs libertés, mais aussi l'horreur et l'arbitraire de telles détentions.

Zeid Ra'ad al-Hussein, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme

Selon des chiffres datant d'octobre 2017, quelque 6500 personnes croupissaient alors dans des prisons officielles sous le contrôle de la police, qui dépend du ministère de la Justice.

Toujours selon le rapport, aucune statistique n'est toutefois disponible pour les lieux de détention sous le contrôle des ministères de la Défense ou de l'Intérieur, et encore moins pour ceux gérés directement par des groupes armés.

Ces geôles hors du contrôle de l'État sont « tristement célèbres pour des cas de tortures et autres violations », déplore l'ONU.

Personne n'est épargné

Le rapport décrit comment des groupes armés font subir aux personnes qu'ils arrêtent des actes de torture, les frappent avec des barres métalliques, leur assènent des coups sur la plante des pieds, les électrocutent et les brûlent avec des cigarettes.

Les femmes ne sont pas épargnées. « Dans certaines prisons, les femmes sont obligées de se dévêtir pour subir des fouilles dans les parties intimes par des gardiens masculins ou sous le regard de fonctionnaires masculins ».

Dans son rapport, l'ONU a appelé les autorités libyennes à libérer immédiatement toutes les personnes détenues arbitrairement, à dénoncer sans équivoque tous les actes de torture et mauvais traitements et à faire en sorte que leurs auteurs soient jugés.

« L'absence d'action » de leur part « nuira à tout effort de stabilisation et de rétablissement de la paix et de la réconciliation » dans le pays.

Le rapport n'a pas évoqué les détentions abusives de migrants en Libye, devenue une plaque tournante pour des centaines de milliers d'Africains souhaitant rejoindre l'Europe.

Politique internationale

International