•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des maires réclament une stratégie nationale pour la santé mentale en milieu urbain

Un groupe de 6 maires devant un podium lors d'un point de presse.

Le maire John Tory et ses homologues de Vancouver, Mississauga et Windsor, notamment, tentent de joindre leurs efforts pour combattre les crises de l’itinérance et des opioïdes.

Photo : Radio-Canada / NATASHA MACDONALD-DUPUIS

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les maires de Toronto, Vancouver, Mississauga, Regina et Saint-Jean de Terre-Neuve, notamment, demandent une stratégie nationale pour la santé mentale en milieu urbain, avec comme priorités l'itinérance et la crise des opioïdes.

Un texte de Natasha MacDonald-Dupuis

En point de presse au Sommet des municipalités sur la santé mentale, le maire de Toronto a déploré qu'il n'existe « ni objectifs nationaux ni meilleures pratiques pour s'attaquer à ces deux crises ».

Les libéraux ont pourtant dévoilé une stratégie nationale sur le logement en novembre, mais ces initiatives devraient être plus coordonnées selon lui.

« Ce qu'on a, c'est un méli-mélo d'initiatives qui ne fonctionnent pas, parce qu'elles sont disparates. Nous avons besoin d'une nouvelle approche et d'objectifs pour savoir qui s'occupe de quoi », a dit John Tory.

La mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, a ajouté que les pressions budgétaires exercées par ces crises, comme la demande accrue de ressources policières, sont souvent les mêmes pour toutes les villes.

« Nous sommes contraints d'offrir des services pour lesquels nous ne sommes pas outillés. »

— Une citation de  La mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie

Le maire de Vancouver, Gregor Roberston, rappelle avoir demandé, au printemps dernier, des données pour évaluer le nombre de morts liées aux opioïdes à l’échelle nationale.

« En 2017, environ 4000 personnes sont mortes de surdoses au Canada, soit le double des décès sur la route, a dit M. Robertson. Le gouvernement fédéral doit prendre les devants dans ce dossier. »

Il a ajouté que la mise sur pied d'un ministère de la Santé mentale et des dépendances en Colombie-Britannique a eu un « impact positif majeur » dans sa province.

Le maire l'air sérieux dans une foule assis. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire John Tory lors du Sommet des municipalités sur la santé mentale.

Photo : Radio-Canada / CBC

Un partage de stratégies

Les participants au Sommet ont échangé sur des initiatives de partout au pays, mais aussi d'ailleurs dans le monde.

Le maire John Tory pense d'ailleurs s'inspirer de la Ville de New York et nommer un commissaire adjoint à la santé mentale.

L'animatrice de l'événement, la blogueuse et militante pour la santé mentale Anne Thériault, a applaudi ce partage de connaissances.

« On doit aussi écouter les personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale, car ce sont souvent eux qui peuvent suggérer les meilleures solutions. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !