•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

YouTube, critiquée après avoir diffusé de la publicité ciblant des enfants

Une photo du site Internet de YouTube.

Pourtant, YouTube déconseille aux internautes de moins de 13 ans d'utiliser sa plateforme.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un regroupement d'une vingtaine d'associations aux États-Unis reproche à YouTube d'avoir ciblé des enfants dans ses publicités et collecté leurs informations personnelles. Cette pratique est qualifiée d'illégale et est contraire à la politique de la plateforme.

En principe, les enfants de moins de 13 ans ne devraient pas utiliser YouTube. « Si vous êtes âgé de moins de 13 ans, veuillez ne pas utiliser ce service. Il existe de nombreux autres sites web intéressants à votre disposition », peut-on lire dans les conditions d'utilisation de la plateforme.

Malgré cette politique, des publicités et les vidéos destinées aux enfants sont présentes sur YouTube. En tapant « vidéo pour enfants » dans la barre de recherche, la plateforme propose plus de 10 millions de résultats.

Une capture d'écran révèle de nombreuses vidéos pour les enfants sur YouTube. En faisant la recherche « vidéo pour enfants », la plateforme trouve plus de 10 millions de résultats.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Malgré leur politique, de nombreuses vidéos visiblement destinées aux enfants se retrouvent sur la plateforme de YouTube. En faisant la recherche «vidéo pour enfants», la plateforme trouve plus de 10 millions de résultats.

Photo : Capture d'écran tirée de YouTube

C’est ce que dénonce le collectif composé de plus d’une vingtaine d’organisations de protection de l’enfance et de défense pour les droits numériques. Ce regroupement a déposé dimanche une plainte à la Federal Trade Commission (FTC), le régulateur américain du commerce, qui fait office d'agence de protection des consommateurs.

« Google a réalisé des bénéfices substantiels à la suite de la collecte et de l'utilisation des données personnelles des enfants sur YouTube. Sa collecte illégale est en cours depuis de nombreuses années et implique des dizaines de millions d'enfants américains », peut-on lire dans la plainte déposée à la FTC.

Le regroupement d’associations affirme que YouTube - et sa maison mère, Google - n’a pas respecté la Children’s Online Privacy Protection Act (COPPA). Il s’agit d’une loi adoptée en 1998 aux États-Unis qui vise à protéger les enfants sur le web, en interdisant notamment la collecte d’informations privées.

La COPPA précise qu’il est « interdit à un site Internet destiné aux enfants, ou qui sait que des enfants l'utilisent, de collecter et d'utiliser de telles informations sans avoir l'accord des parents. »

En récoltant des informations sur ses utilisateurs, YouTube est en mesure d’adapter son offre publicitaire à chaque individu. Ainsi, les utilisateurs identifiés comme étant des enfants recevaient des publicités pour eux, affirment les associations.

YouTube s’est défendu en affirmant que « protéger les enfants et les familles a toujours été une priorité ». « Nous allons lire attentivement la plainte et évaluer si nous pouvons améliorer certaines choses », a indiqué un porte-parole au Figaro.

Une capture d'écran montre qu'une publicité pour des poupées Barbie était proposée en marge d'une vidéo visiblement destinée aux enfants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les associations ont présenté dans leur plainte une série de captures d'écran qui révèle des publicités et du contenu visiblement destiné aux enfants.

Photo : Capture d'écran de la plainte déposée à la FTC

YouTube Kids

Justement pour proposer des contenus pour enfants, l'entreprise a lancé en 2015 l’application YouTube Kids. Elle regroupe des vidéos pour les plus jeunes et filtre les contenus qui s’y trouvent.

« Parce que YouTube n'est pas pour les enfants, nous avons investi significativement dans la création de l'appli YouTube Kids afin d'offrir une option conçue spécialement pour les enfants », affirme un porte-parole, cité par Le Figaro.

Cependant, de nombreux enfants utilisent malgré tout la plateforme standard de YouTube, indique le collectif dans sa plainte.

C’est la plateforme en ligne la plus populaire auprès des enfants. Une étude en 2017 a révélé que 80 % des enfants américains de 6 à 12 ans utilisent YouTube tous les jours.

Une citation de : Extrait de la plainte déposée à la FTC

Vendredi dernier, BuzzFeed News rapportait que la compagnie souhaitait améliorer son application pour enfant en approuvant manuellement les vidéos au lieu de faire appel à un algorithme. En novembre, YouTube Kids avait été sur la sellette après que plusieurs vidéos au contenu inapproprié s’étaient retrouvées en ligne.

YouTube Kids n’est pas offerte au Québec, mais peut être téléchargée dans le reste du Canada.

Une législation similaire au Québec

Au Québec, la Loi sur la protection du consommateur indique qu'il est « interdit aux entreprises de produire de la publicité à but commercial destinée aux enfants de moins de 13 ans ». Il est précisé dans un document de l'Office de la protection du consommateur (OPC) que « tous les supports et tous les médias sont visés ».

Pourtant, même au Québec, après avoir consulté une série de vidéos pour enfants, on voit apparaître des publicités semblables à celles dénoncées par les groupes américains. L'OPC n'était pas en mesure, lundi, de se prononcer sur la légalité des publicités présentes sur YouTube, puisque déterminer ce qui est légal ou non prend un certain temps.

Au Canada, les publicités destinées aux enfants « ne doivent pas exploiter leur crédulité, leur inexpérience ou leur esprit d’acceptation ni présenter des informations ou illustrations aptes à leur causer un tort physique, émotif ou moral », précise le site Internet des normes canadiennes de la publicité.

Avec les informations de Le Figaro, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !