•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel de textes pour décrire la Manicouagan

Une vue sur la ville de Baie-Comeau

Vue sur la ville de Baie-Comeau

Photo : Serge Jauvin

Radio-Canada

La Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka veut dépeindre son territoire par écrit. Pour ce faire, elle lance un appel de textes auprès de la population de la Manicouagan.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Les textes du public doivent compter entre 250 et 700 mots et raconter la Manicouagan sous l'angle d'un des trois volets proposés.

« Le premier volet, c'est le territoire. On invite à parler de sa beauté, sa richesse, au niveau de la faune et de la flore, mais on n'oublie pas le paysage industriel qui est partie intégrante de la Manicouagan, détaille à l'émission Bonjour la Côte Ève Ferguson, chargée des communications à la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka. Le deuxième volet, c'est celui des gens d'ici : nos fondateurs, nos pionniers, les bâtisseurs de la Manicouagan, même les légendes, clins d'oeil au Nitassinan innu. [...] Et puis le dernier volet, c'est celui des enjeux et des défis d'avenir. Comment la Manicouagan se prend-elle en main, par exemple par rapport à la réconciliation entre les autochtones et les non-autochtones, la diversification économique, l'exode des jeunes... »

Le choix du style revient ensuite à l'artiste. « On pourrait même remettre trois textes différents dans un seul volet », suggère Ève Ferguson.

Les écrivains professionnels sont « encouragés » à participer, même si « c'est vraiment ouvert à tous », selon la chargée de projet.

On veut vraiment que le livre soit à l'image de la diversité des gens.

Ève Ferguson, chargée de projets et des communications à la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka

Les éditions Sylvain Harvey s'affaireront à distribuer gratuitement le recueil final dans certaines écoles, y compris les cégeps, de même que dans les librairies de la province.

Le livre pourrait même rayonner à l'international. « De par notre statut de l'UNESCO, on est souvent appelé à partager nos bons coups, nos projets à l'international », souligne Ève Ferguson.

La sortie du recueil de textes est prévue pour la fin de 2018.

D'après les informations de Madeleine Ross

Côte-Nord

Livres