•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premières images du nouveau Musée d’art contemporain

Les explications de Mélanye Boissonnault
Radio-Canada

Le Musée d'art contemporain (MAC), qui entamera en 2019 des rénovations majeures, offrira une plus vaste surface d'exposition et davantage de transparence, selon les images présentées lundi par l'architecte-concepteur principal du projet.

Un concours d'architecture a été lancé en juin 2017, et c'est la proposition du consortium Saucier + Perrotte Architectes/GLCRM & associés Architectes qui a finalement remporté les honneurs. Voilà ce qu'a annoncé le MAC en matinée, à l'occasion d'une conférence de presse à laquelle ont participé la ministre québécoise de la Culture, Marie Montpetit, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, ainsi que le président du conseil d'administration du musée, l'homme d'affaires Alexandre Taillefer.

L'architecte Gilles Saucier a présenté son projet après les discours d'usage, expliquant comment il entendait changer le visage du musée, situé en plein coeur du Quartier des spectacles (entre la place des Festivals et la Place des Arts).

L'agrandissement du bâtiment existant, construit dans les années 1990, adoptera « une expression résolument contemporaine misant sur l'ouverture, la transparence ainsi qu'une approche sculpturale adaptée à son contexte urbain unique », a-t-il exposé.

Premier constat : la façade du bâtiment sera complètement transformée. Elle sera composée en grande partie de verre.

Au niveau 2, par exemple, une large vitrine révélera le restaurant du musée depuis la place des Festivals.

Vue depuis la place des Festivals (rue Jeanne-Mance)Projet de transformation du Musée d'art contemporain : vue depuis la place des Festivals (rue Jeanne-Mance) Photo : Saucier+Perrotte Architectes / GLCRM & Associés Architectes

Le directeur général et conservateur en chef du MAC, John Zeppetelli, a comparé la rénovation du musée à l'exposition sur le chanteur Leonard Cohen, qui a connu un grand succès.

« Cette expo, quand même, qui se termine dans quelques jours, s'intitule Une brèche en toute chose. Mais la phrase [dans la chanson Anthem] se complète avec un contre-argument : "C'est ainsi que pénètre la lumière" [That's how the light gets in]. Faire entrer la lumière, c'est exactement ce que propose le lauréat et concepteur principal, Gilles Saucier, en misant merveilleusement sur l'ouverture, la luminosité et la transparence. »

Mettre en valeur une collection exceptionnelle

Le bâtiment sera également rehaussé du côté de la rue Sainte-Catherine, avec pour objectif d'augmenter la capacité d'exposition du MAC.

« On ne met pas à terre tout le musée : on le transforme », a résumé Alexandre Taillefer. Ce projet, a-t-il souligné, permettra « de doubler les espaces d'exposition [et ceux] liés à l'éducation, les deux fonctions principales du MAC ».

Les voûtes, qui permettront au musée d'héberger plus de 8000 oeuvres, seront transférées à l'extérieur du musée, a précisé M. Taillefer.

Quant à la boutique du musée, elle sera installée à l’intersection des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine.

Vue depuis l’esplanade de la Place des Arts.Projet de transformation du Musée d'art contemporain : vue depuis l’esplanade de la Place des Arts Photo : Saucier+Perrotte Architectes / GLCRM & Associés Architectes

« Si on arrive à ajouter quelque chose en disant qu'il n'y a pas que l'exposition, [qu']il y a aussi le bien-être, ce qu'on ressent quand on est là, à l'intérieur du lieu, on vient d'accomplir quelque chose de pas mal plus grand, a expliqué l'architecte Gilles Saucier. Parce qu'on multiplie nos publics : on attire un maximum de gens, on les fait revenir, on les amène dans un restaurant en haut, on les fait se promener à la grandeur du hall... Parce que maintenant, ce n'est plus juste un hall sur un étage : c'est un hall sur trois étages avec des sculptures partout. [...] Un lieu qui est beaucoup plus complet, en fait. »

Un projet maintes fois reporté

Le projet d’agrandissement du MAC se tramait depuis longtemps. On a d'abord envisagé le déménagement au Silo no 5, puis, en décembre 2011, un ambitieux plan d'agrandissement de 88 millions de dollars – qui devait passer par la reconstruction de l'édifice actuel – a été proposé, sans jamais voir le jour.

En 2014, sous le gouvernement de Pauline Marois, un autre agrandissement a été annoncé avec un budget réduit de moitié, à 44 millions de dollars.

Le projet de transformation annoncé lundi matin compte justement sur un budget de 44 millions. La Fondation du Musée d'art contemporain a d'ailleurs lancé une campagne de financement, lundi, dont l'objectif a été fixé à 7 millions de dollars.

Une maquette du projet en noir et blanc.Vue aérienne du nouveau MAC sur la rue Sainte-Catherine. Photo : Saucier+Perrotte Architectes / GLCRM & Associés Architectes

Les travaux doivent commencer à l’été 2019, et la réouverture du musée nouvelle mouture est prévue pour l'automne 2021.

Le MAC sera donc fermé pendant deux ans, a confirmé Alexandre Taillefer. « On ne fait pas d'omelettes sans casser des oeufs », a-t-il philosophé.

« On va fermer le musée en janvier 2019 [et] on veut le rouvrir en septembre 2021. Donc plus de deux ans de fermeture. Mais nous annoncerons très bientôt un endroit temporaire, un endroit pas très loin d'ici, qui, je pense, va être pas mal intéressant; un endroit qu'on va habiter de façon assez spectaculaire », a ajouté M. Taillefer, sans en dire davantage.

L'achalandage du MAC est en hausse depuis les cinq dernières années et la fréquentation a battu un record en 2017-2018 avec 600 000 visiteurs. L'exposition sur Leonard Cohen, qui se termine jeudi soir, a eu un effet d'attraction.

Avec les informations de La Presse canadienne

Arts visuels

Arts