•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes de l'Abitibi-Témiscamingue s’affrontent sur le terrain scientifique

L'Expo-sciences en Abitibi-Témiscamingue.

Participants à l'Expo-sciences en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Radio-Canada

La finale régionale de l'Expo-sciences Hydro-Québec s'est tenue vendredi et samedi au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, campus de Rouyn-Noranda.

Une quinzaine de jeunes ont participé avec neuf projets.

Cinq projets sont choisis pour représenter la région dans la finale québécoise de l'Expo-sciences Hydro-Québec qui aura lieu à Shawinigan le 20 avril.

Maéva Giasson et Geneviève Blagdon-Dubreil du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue ont participé à l'Expo-Sciences Hydro-Québec.

Maéva Giasson et Geneviève Blagdon-Dubreil du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue ont participé à l'Expo-Sciences Hydro-Québec.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Maéva Giasson du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue et Geneviève Blagdon-Dubreil du campus de Rouyn-Noranda se sont intéressées au kombucha.

Un projet de recherche sur une boisson fermentée très en vogue et qui aurait des vertus sur le corps, explique Maéva Giasson.

« On en a vérifié deux, à savoir sa capacité à réguler la glycémie et une action antibactérienne, dit-elle. On a vraiment vu un intérêt, on a croisé beaucoup de personnes qui font du kombucha eux-mêmes chez eux. Donc, il y avait de l'intérêt pour notre étude, pour justement savoir si ça a vraiment les vertus qui sont expliquées sur Internet. »

Cloé Morin du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue a voulu en savoir plus sur la lumière bleue émise par les appareils électroniques.

Avec trois autres étudiantes, elle a cherché les moyens de contrer les effets de cette lumière sur le sommeil.

« Le sujet est pertinent, parce que les appareils électroniques sont de plus en plus présents dans nos vies; puis c'est vraiment important, car les effets des appareils sont encore méconnus, puisque nous sommes la première génération qui est vraiment touchée de façon intense », dit-elle.

C'est important de s'intéresser aux effets sur nous et sur les générations futures et savoir qu'est-ce qu'on peut faire pour se protéger contre ça.

Cloé Morin

La directrice générale de Technoscience Abitibi-Témiscamingue, Luce Turgeon, explique que chaque année les jeunes participant au concours Expo-sciences présentent des sujets de plus en plus intéressants.

Abitibi–Témiscamingue

Société