•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chanteur Stromae veut reprendre du service après une longue pause

Stromae en 2016

Stromae a dû mettre sa carrière en veilleuse après avoir souffert des effets secondaires causés par un médicament.

Photo : AFP/Getty Images / PATRICK KOVARIK

Agence France-Presse

La créativité « est toujours là », assure le chanteur belge Stromae qui, après une longue absence en raison d'un épuisement professionnel, compte bien revenir à la musique, mais « à un rythme plus sain et reposé ».

« Je suis toujours là », a-t-il répondu à Laurent Delahousse pendant l'émission 19 h le dimanche (diffusée sur France 2), à l'occasion du défilé parisien de sa collection de prêt-à-porter.

« Je me plais énormément à faire ce qu'on fait aujourd'hui, avec la collection, et dans la musique et dans tout », a dit le musicien aux côtés de son épouse styliste, Coralie Barbier, et de son frère, Luc Junior Tam – ses partenaires du collectif Mosaert.

Stromae n'est pas remonté sur scène depuis la fin 2015, à l'exception d'une apparition le mois dernier aux côtés du rappeur Orelsan.

« J'avais besoin d'enlever toute cette pression qu'amène le succès. [...] J'avais fait 200 concerts en deux ans, ce qui était un nombre insensé. C'était une superbe expérience, mais [...] c'est allé trop vite », raconte-t-il, cheveux longs tirés en chignon sur le haut du crâne.

« Même si on vend du rêve, ça reste un métier, et comme dans n'importe quel métier, quand on travaille de trop, on arrive à un burnout », a-t-il expliqué.

« Pas super chouette »

« Il y avait une grosse fatigue physique. Il y a eu un élément déclencheur qui était la prise de ce médicament, le Lariam [un médicament contre le paludisme, NDLR]. Il me fallait le temps de me reconstruire, car c'était pas super chouette. Ne plus faire confiance à son psychisme est quelque chose d'assez perturbant. Maintenant, j'en sais un peu plus sur les maladies mentales, [...] ça fait un élément en plus dans mon bagage », a-t-il dit encore, évoquant le rôle salvateur de ses proches et du milieu médical.

Quant à la créativité, « elle est toujours là », a indiqué le musicien, dont l'album Racine carrée (2013) – avec des tubes comme Formidable ou Papaoutai – s'est écoulé à 3,5 millions d'exemplaires dans le monde.

La scène, « je reconnais que c'est quelque chose dont je ne pourrai pas me passer. Par contre, la façon dont j'envisagerai la suite, [...] ce sera à un rythme beaucoup plus sain et reposé. »

L'artiste, qui n'est pas tenu par un contrat ou une maison de disques, a organisé avec Mosaert son premier défilé vendredi, à Paris. Il en a composé la trame sonore, et la vidéo de captation devrait être téléchargeable d'ici la fin du mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts