•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un survivant de l'Ebola rencontre le chercheur ayant conçu le remède qui l'a sauvé

Deux hommes en veston se regardent intensément avec émotion dans un bureau.

Le chercheur Gary Kobinger (à gauche) rencontre le premier homme à avoir testé un traitement qu'il a créé et qui l'a guéri : le médecin américain Kent Brantly.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Loiselle

Radio-Canada

C'est une rencontre comme il n'y en a pas tous les jours. Vendredi, le médecin américain Kent Brantly, qui avait contracté l'Ebola, a rencontré le médecin québécois Gary Kobinger, un des principaux créateurs du remède qui l'a sauvé.

Un texte de Rémi Authier

Les deux hommes s'étaient rencontrés à l'Université du Manitoba pour parler de cette maladie qui a causé des milliers de morts en Afrique durant la plus récente éclosion. Le Dr Brantly était parti au Libéria, précisément pour combattre cette maladie, en 2014.

Il a alors accepté de recevoir le traitement expérimental mis au point par le Dr Kobinger et son équipe au Laboratoire national de microbiologie de Santé Canada, situé à Winnipeg. Il est ainsi devenu le premier humain à tester ce traitement par anticorps appelé ZMapp.

C'est un grand honneur et un privilège de le rencontrer. J'ai vu son image, j'ai vu ses entrevues. C'est vraiment un grand privilège de pouvoir dire merci à quelqu'un qui a joué un si grand rôle en sauvant ma vie.

Kent Brantly, médecin qui a survécu à l'Ebola

Les deux hommes étaient émotifs lors de cette rencontre, conscients de la chance qu'ils avaient de se rencontrer. Pour l'un, c'est la rencontre avec celui qui l'a sauvé, pour l'autre, c'est de voir le patient qui représente le fruit de tous ses efforts.

Chaque fois qu'il dit merci, je sens que je dois dire merci, puisque c'est moi qui le remercie.

Gary Kobinger, professeur à la faculté de médecine de l'Université Laval

Tous deux soulignent que le succès obtenu par le traitement sur Kent Brantly a donné un sérieux coup de pouce au projet et incité la communauté internationale à agir en Afrique de l'Ouest. Cela a aussi stimulé la prévention et la recherche nécessaire pour trouver des traitements aux maladies infectieuses plus rares. Ce travail doit être fait en amont et non pas lorsqu'une crise se déclare, rappelle le Dr Brantly.

J'espère que les gens retiendront de mon histoire qu'il faut choisir la compassion et non succomber à la peur. Choisir de faire ce qui est bon pour les autres humains. C'est vrai dans mon cas, mais c'est vrai dans le laboratoire lorsqu'on travaille avec des maladies mortelles.

Kent Brantly, médecin qui a survécu à l'Ebola

Le médecin québécois reste humble devant ce succès et rappelle que ce résultat est le fruit du travail de nombreuses personnes dans son équipe, mais aussi sur le terrain, lesquelles ont pris soin du malade. Gary Kobinger, lui, tient à souligner les choses extraordinaires qui peuvent être accomplies grâce au travail d'équipe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique