•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prostitution : le FBI ferme Backpage, site géant de petites annonces

Une représentation de l'achat de services sexuels.

Selon les autorités, le site Backpage.com hébergeait de nombreuses annonces pour services sexuels illégaux qui favorisaient l'esclavage sexuel et la traite de personnes.

Photo : Radio-Canada

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités fédérales américaines ont fermé vendredi le site géant de petites annonces Backpage.com, depuis longtemps dans leur collimateur, car accusé de favoriser le trafic d'êtres humains dans un but de prostitution.

Les tentatives pour se connecter au site web américain, ou à sa version canadienne, menaient à un communiqué de la police fédérale américaine et de plusieurs autres agences gouvernementales, avec le message suivant : « Backpage.com et ses sites affiliés ont été placés sous séquestre par le FBI, le Service d'inspection de la poste américaine et la Division criminelle de l'IRS [fisc américain, NDLR]. »

Le département américain de la Justice a annoncé qu'il donnerait des informations supplémentaires sur cette action en début de soirée, vendredi.

Backpage.com est dénoncé par ses critiques comme le premier site de prostitution au monde, ses millions de petites annonces étant utilisées pour proposer des relations sexuelles tarifées impliquant parfois des mineurs et mineures ainsi que des victimes de trafic.

Ce marché génère des millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !