•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Felwine Sarr rêve l'Afrique

L'économiste sénégalais Felwine Sarr
L'économiste sénégalais Felwine Sarr, le 21 mars dernier à Paris. Photo: Getty Images / Alain Jocard/AFP/Getty Images

L'économiste sénégalais Felwine Sarr, aussi poète, romancier et philosophe notamment, nous propose son regard d'honnête homme du 21e siècle sur l'Afrique.

Un texte de Michel Désautels, animateur de Désautels le dimanche

Lorsque la décision a été prise à Désautels le dimanche de consacrer une bonne partie de notre émission à l’Afrique ce printemps, nous avons tenté de dresser une liste d’invités de tous horizons qui pourraient éclairer notre réflexion sur les grands enjeux qui attendent l’Afrique. Nous souhaitions identifier des acteurs et des témoins de l’histoire en marche accélérée de ce continent, des points de vue qui viendraient compléter et enrichir ce que nous allions recueillir en reportage sur le terrain.

J’avais eu l’occasion d’interviewer Felwine Sarr l’automne dernier au Salon du livre de Montréal à l’occasion de la parution de son essai Afrotopia. La vision de l’économiste sénégalais avait vraiment touché notre équipe et nos auditeurs, j’en suis certain. Mais je découvrais en même temps que ces trop courtes minutes ne pouvaient rendre justice à l’étendue du regard de Sarr sur notre monde.

À 46 ans, il est actif sur plusieurs scènes de la vie publique : poète, romancier, philosophe, musicien, éditeur, maître en arts martiaux, il se démarque dans tout ce qu’il touche. Je me doutais bien que j’entendrais des propos frais sur tous les grands dossiers que nous voulions aborder cette saison. Rêver l’Afrique, c’est le titre que nous avons choisi pour notre aventure africaine de ce printemps.

Mais comment rêver l’avenir de plus de 1,2 milliard de femmes et d’hommes, très majoritairement jeunes, qui vivent dans plus de cinquante pays aux fortunes diverses et aux cheminements politiques si différents.

Felwine Sarr croit que les défis sont des occasions, que les solutions, comme la définition du succès, doivent être conçues en Afrique.

Lui qui enseigne en France comme au Sénégal est convaincu de l’absolue nécessité d’investir dans l’éducation, même lorsque les ressources des États sont limitées. Former la jeunesse et lui trouver du travail sur place sont deux manières de contrer les tentations migratoires d’une jeunesse qui rêve de mieux. Cela permettrait aussi de limiter l’étendue de la migration intracontinentale; 80 % des personnes qui quittent leur lieu de naissance se dirigent vers d’autres régions ou pays en Afrique.

Même optimisme sur la possibilité de reconvertir les économies tributaires des rentes pétrolières ou minières, à condition que les élites politiques qui ont longtemps gangrené plusieurs démocraties de la région se réforment ou cèdent la place. De toute façon, croit Felwine Sarr, elles n’auront bientôt plus le choix. La jeunesse africaine rêve de beaucoup mieux, et elle pourra l’obtenir.

Afrotopia est un néologisme inventé par notre invité Felwine Sarr. Il désigne « une utopie active qui se donne pour tâche de débusquer dans le réel africain les vastes espaces du possible et les féconder ». Je vous invite à écouter Felwine Sarr « rêver l’Afrique ».

L'entrevue de Michel Désautels avec Felwine Sarr est présentée à Désautels le dimanche le 8 avril dès 10 h sur ICI Radio-Canada Première.

Afrique

International