•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calgary interdira la consommation de la marijuana en public

Une femme vue de profil fume un joint sous un ciel bleu.

L'interdiction ne concerne pas la marijuana médicinale.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le conseil municipal de Calgary s'est prononcé à 10 contre 4 jeudi pour l'interdiction de la consommation de toute forme de cannabis à usage récréatif dans des lieux publics une fois que la légalisation entrera en vigueur.

La nouvelle interdiction est semblable à celle concernant la consommation d’alcool en public. Elle exclut cependant le cannabis médicinal dont la consommation sera permise.

Le conseiller municipal Evan Woolley, qui a voté contre l’adoption du règlement municipal, se dit déçu de la décision prise par ses collègues. L’interdiction va, selon lui, rendre impossible la consommation de cannabis pour les touristes et les locataires, qui forment 36 % de la population de la ville.

« Nous allons avoir un problème de communication, explique-t-il. Si vous êtes un touriste qui vient faire du ski dans les montagnes, vous allez acheter du cannabis légalement et demander où vous pouvez le consommer. On va vous répondre : "Nulle part." Ce sera un problème. »

Le conseiller Peter Demong rétorque que de nombreux locataires ont accès à un balcon. « Je trouve un peu difficile de croire à cette idée que la majorité de la population n’a pas accès à un lieu privé », précise-t-il.

Les règles qui interdisent la cigarette à l’intérieur des bars et des restaurants s’appliqueront aussi au cannabis. Il sera également interdit aux commerçants de créer des espaces réservés à la consommation de marijuana, comme des salons ou des jardins.

Fumer en public, une nuisance, selon Nenshi

Le maire Naheed Nenshi affirme que tous les États américains qui ont légalisé la marijuana ont adopté des règles similaires.

« Le Colorado et la Californie ont interdit la consommation en public et tout se passe bien. Ils ont une industrie florissante, explique-t-il. Les gens trouvent des solutions. »

« Je pense que c’est mieux de faire une exception pour les gens qui en ont vraiment besoin que de faire une exception généralisée pour tout le monde, ce qui créerait des problèmes pour tous les habitants », ajoute-t-il.

Un article du projet de règlement qui aurait permis l’ouverture de lieux de consommation temporaires durant des manifestations publiques a été retiré pour être réexaminé. Il pourrait faire l’objet d’un autre vote à l’avenir.

À partir du 24 avril, la Ville commencera à accepter les candidatures des détaillants qui souhaitent ouvrir un point de vente de cannabis.

Alberta

Drogues et stupéfiants