•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC ratisse la scène d’un délit de fuite mortel à Saint-Charles de Kent

Brady Francis

Brady Francis a été victime d'un délit de fuite le 24 février, en soirée, à Saint-Charles de Kent.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Des enquêteurs de la GRC ont fermé jeudi soir un tronçon du chemin Saint-Charles-Sud, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, dans l'espoir de trouver d'autres indices qui feraient avancer l'enquête sur la mort de Brady Francis, un jeune autochtone victime d'un délit de fuite, à la fin février.

Le tronçon a été rouvert trois heures plus tard. La porte-parole de la GRC, la caporale Julie Rogers-Marsh, se fait avare de commentaires concernant l'opération. « Les enquêteurs étaient sur place pour effectuer certaines tâches dans le cadre de l’enquête en cours. Je ne peux pas donner plus de précisions sur ce qu’ils faisaient là, seulement que le travail devait être fait hier soir. »

Vers 22 h jeudi, la GRC a demandé à la population du coin, par message sur Twitter, « d’éviter le chemin Saint-Charles Sud, entre le chemin de l’Église et la rue Jean-Baptiste, pour ne pas nuire à l’enquête policière ».

Ce développement de l’enquête survient à la veille d’un ralliement prévu pour samedi, à Moncton, devant l'hôtel de ville. Les organisateurs demandent « justice pour Brady » et s’impatientent de la lenteur des autorités à déposer des accusations.

Des feuillets avec le message « Justice pour Brady » sur le capot d'un véhicule à ElsipogtogAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une campagne intitulée « Justice pour Brady » a été lancée dans la communauté d'Elsipogtog.

Photo : Facebook

L'enquête piétine

Brady Francis, 22 ans, de la Première Nation d’Elsipogtog, est mort le 24 février en soirée lorsqu’il a été heurté par un véhicule pendant qu’il attendait des amis sur le bord de la route, à Saint-Charles.

La GRC a saisi une camionnette après l’accident, mais l’a rendue à son propriétaire sans déposer d’accusation, après un examen légiste. Selon la caporale Julie Rogers-Marsh, l’identité du propriétaire du véhicule est connue, mais la police enquête toujours pour déterminer qui le conduisait le soir du drame.

On continue à enquêter, on a besoin de preuves [...], et puis les conclusions de l’enquête vont déterminer s’il y aura des accusations ou non.

La caporale Julie Rogers-Marsh, porte-parole de la GRC au N.-B.

Récemment, la force policière a diffusé des photos de cette camionnette dans l’espoir d’obtenir de la population des informations qui permettraient de faire débloquer son enquête. Il s’agit d’un véhicule GMC Sierra 4 x 4 gris avec de nombreux éléments distinctifs.

La camionnette impliquée dans le délit de fuiteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La camionnette impliquée dans le délit de fuite

Photo : GRC

Les organisateurs du ralliement de cette fin de semaine demandent au conducteur qui a heurté mortellement Brady Francis de se livrer aux autorités.

Selon la tradition micmaque, « les gens qui assument la responsabilité de leurs actes obtiennent une deuxième chance », a affirmé Susan Levi-Peters, ancienne chef de la Première Nation d’Elsipogtog, en entrevue.

« Les Néo-Brunswickois devraient dénoncer ce qui se passe, a-t-elle ajouté. Lorsqu’un enfant est frappé sur le bord du chemin et que la personne responsable se cache, ce n’est pas normal. »

Nous avons besoin de réponses pour tourner la page. La famille doit pouvoir aller de l’avant et commencer le processus de guérison.

Susan Levi-Peters, ancienne chef de la Première Nation d'Elsipogtog
Susan Levi-PetersAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Susan Levi-Peters

Photo : CBC

Une communauté qui s'impatiente

Mme Levi-Peters affirme que sa communauté s’est montrée patiente jusqu’ici, par rapport à l’enquête policière, mais que cette patience commence à s’émousser.

« Tous les jours, je me rends au conseil de bande pour savoir s’il y a du nouveau dans l’enquête. Tout le monde commence à s’impatienter. La GRC ne nous tient pas au courant », dit-elle.

La caporale Julie Rogers-Marsh précise que la force policière est en contact avec la famille de Brady Francis.

« Nous voulons que le public sache que le dossier d’enquête est actif, que les enquêteurs tentent activement de déterminer ce qui s’est passé cette nuit-là », dit-elle.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers