•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des questions sur votre alimentation? Clavardez avec un nutritionniste via une plateforme en ligne

Nutritionr lance son service corporatif
Radio-Canada

« Cure détox », « Un an sans sucre », « Maigrir en mangeant du bacon ! »... gavés d'informations souvent contradictoires en lien avec l'alimentation sur les médias sociaux, il peut être complexe de faire la part des choses. L'entreprise gatinoise Nutritionr, qui offre depuis quelques mois les services de nutritionnistes qualifiés en ligne, lance maintenant son service corporatif.

Un texte de Karine Lacoste

Charles Lapointe, le fondateur de cette plateforme web, soutient que la communauté scientifique travaille fort pour développer la science de la nutrition, mais que les modes et tendances passagères, aux sources parfois douteuses, prennent plus d’espace médiatique que les informations vérifiées. Il s’est donc lancé le défi de rendre accessible de l’information de qualité.

Une homme en complet souris à la caméra.Le fondateur de l'entreprise Nutritionr, Charles Lapointe Photo : Radio-Canada

L’approche de l’équipe de Nutritionr réinvente l’offre de conseils nutritionnels en créant un lien de proximité entre les professionnels de la diététique et leurs clients, notamment en leur permettant des échanges réguliers, voire quotidiens.

L’industrie de la nutrition en ce moment est un peu prise dans le passé.

Charles Lapointe, fondateur de Nutritionr

Au moment de son inscription, le client peut choisir avec qui il veut faire affaire parmi cinq membres de l’Ordre des diététistes du Québec. Une première rencontre d’environ une heure est alors organisée par téléphone ou par Skype, puis le client peut interagir avec son nutritionniste par messagerie instantanée aussi souvent qu’il le désire.

La nutritionniste Catherine Trudel Guy est fière de participer à ce projet qu’elle qualifie de « révolutionnaire ». Elle explique que l’interaction régulière avec ses clients permet d’avoir un bien meilleur impact pour améliorer leurs habitudes de vie. « Par exemple on est à l’épicerie, on a des questions sur les produits qui sont là, on peut tout de suite écrire à notre nutritionniste et elle va nous répondre très rapidement », raconte-t-elle.

Une mosaïque de huit image d'aliments dans des assiettes.La plateforme NutritionR permet aux utilisateurs d'envoyer des photos de leur assiette à leur nutritionniste. Ceux-ci peuvent alors donner des conseils précis adapté à ce qu'ils voient. Photo : Radio-Canada

« Il y a beaucoup de blogues, de pages Facebook, etc. qui vont parler d’alimentation donc on a de la misère dans cette cacophonie nutritionnelle de repérer le bon du mauvais », observe Catherine Trudel Guy. Loin des formules magiques et des recettes miracles, Nutritionr soutient mettre de l’avant de l’information valable et objective.

L’accès à la plateforme coûte 65 $ par mois. Comme une séance en face à face avec un nutritionniste selon le modèle traditionnel peut coûter plus de 100 $ l’heure, Charles Lapointe considère son approche abordable. Pour accroître son bassin de clients, il souhaite maintenant faire connaître sa plateforme web à des entreprises qui pourraient proposer le service à leurs employés, par le biais d'un programme d'aide aux employés (PAE) par exemple.

Améliorer le bien-être au travail

Le fondateur de Nutritionr est convaincu qu’une bonne alimentation peut avoir des impacts positifs sur le rendement des travailleurs. « Que ce soit pour améliorer la concentration, la prise de décision, la nutrition a un impact sur toutes ces différentes sphères de la vie au travail », explique-t-il.

À son avis, « en 2018, tout le monde peut bénéficier d’une rencontre avec un nutritionniste ». Alors que certains de leurs clients souhaitent perdre du poids, d’autres veulent améliorer leurs performances sportives grâce à une alimentation plus adaptée.

Moins intimidant qu’une rencontre en clinique, la consultation virtuelle permet aussi d’adresser des questions plus précises. « Comment je devrais m’alimenter si je n’ai pas pu me faire à déjeuner ou à dîner parce que mon enfant était en crise? On ne peut pas adresser ces questions-là lors de rencontres espacées » remarque-t-il.

Si on a une journée qui va moins bien, on a mangé du ‘’fast food’’ quelques fois dans la journée, on a une personne qui est là pour nous permettre de rester sur le droit chemin, de reprendre nos bonnes habitudes. Au lieu de tout lâcher au bout de quelques jours, ce qui est souvent le cas.

Charles Lapointe, fondateur de Nutritionr
Tendances santé et bien-être au travail : la professeure de l'UQO, Jessica Riel, commente le service de Nutritionr.

Ottawa-Gatineau

Nutrition