•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les belles années du Planétarium Dow

Façade du Planétarium Dow sur le square Chaboillez et statue de Nicolas Copernic à l'avant.

Planétarium Dow à Montréal, en 1977.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 1er avril 1966, le maire de Montréal Jean Drapeau inaugurait le Planétarium Dow, l'un des plus modernes du monde à l'époque. Retour sur l'histoire de ce lieu d'éducation et de vulgarisation scientifique unique au Canada.

Avril 1966. Montréal est en pleine effervescence. La métropole québécoise se prépare à recevoir son Exposition universelle dans quelques mois. Le premier établissement public consacré à l’astronomie au Canada accueille ses premiers visiteurs.

Ce projet naît d’un partenariat entre la Ville de Montréal et la brasserie Dow. Pierre Gendron, ancien professeur de chimie, grand amateur d’astronomie et haut dirigeant de Dow, convainc sa compagnie de financer le Planétarium.

La construction commence en 1964 sur le square Chaboillez, près du Vieux-Montréal. Ces images silencieuses, filmées en août 1965, nous montrent l’édifice à l’architecture moderne presque entièrement construit. Le théâtre en forme de dôme est déjà bien visible.

La construction coutera 1,2 million de dollars. Le 1er avril 1966, le maire de Montréal, Jean Drapeau, inaugure le plus grand planétarium au Canada.

Enseigne du Planétarium Dowdevant l'édifice décoré d'une couronne de Noël. Neige au sol. 

Le Planétarium Dow en 1976.

Photo : Radio-Canada

Les beautés du cosmos sur un ciel artificiel

Le musée voué à l’astronomie connaît un succès dès les premières semaines d’ouverture. Son projecteur d’étoiles Zeiss, son ciel artificiel et sa capacité d’accueil en font un lieu à la fine pointe de la technologie.

Le botaniste et généticien Auray Blain occupe le poste de premier directeur scientifique. Invité à l’émission Telex Arts du 15 avril 1981, il explique la façon dont se construit la programmation de l’institution.

Pour préparer la programmation, on est toujours à l’écoute des grands thèmes d’astronomie qui circulent dans le public.

Une citation de :Le directeur du Planétarium Auray Blain

Dans un souci de vulgarisation scientifique, le Planétarium s’intéresse aux tendances en matière d’astronomie et prend les suggestions des visiteurs. À l’époque, le musée doit bientôt présenter son 100e spectacle régulier sur son dôme de projection.

45 ans dans les étoiles

Au fil du temps, les installations vieillissent et l’achalandage diminue. Le Planétarium ferme ses portes en 2011 après 45 ans d’existence.

Comme le mentionne le présentateur Patrice Roy au Téléjournal Grand Montréal 18 h du 5 octobre 2011, « le Planétarium de Montréal a fait découvrir le ciel et les étoiles à plusieurs générations de Québécois ».

Dans son reportage, le journaliste Michel Rochon revient brièvement sur l’histoire de ce lieu éducatif qui a accueilli 6 millions de visiteurs. L’institution a présenté quelque 300 spectacles originaux au cours de son existence. Mais en 2011, l’équipement est devenu désuet.

Que reste-t-il de cette institution jadis à la fine pointe de la technologie? L’expertise scientifique explique l’astronome Pierre Chastenay.

Nous sommes un peu devenus des experts ou des références pour expliquer au public l’importance de telle découverte, la façon d’observer tel phénomène astronomique…

Une citation de :L’astronome Pierre Chastenay

Le nouveau Planétarium Rio Tinto Alcan s’installe près du stade olympique de Montréal, du Biodôme, de l’Insectarium et du Jardin botanique. Il ouvre ses portes au public le 6 avril 2013.

Quant à l’ancien Planétarium Dow, il est laissé à l’abandon pendant deux ans, puis cédé par la Ville de Montréal à l’École de technologie supérieure (ETS).

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.