•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traiter le cancer du cerveau avec le virus de la polio

Radiographie du cerveau.

Une équipe de chercheurs aux États-Unis a conçu un traitement contre la forme la plus fréquente du cancer du cerveau à partir du virus de la polio.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une équipe d'oncologues, de chirurgiens et de chercheurs aux États-Unis tente un traitement étonnant pour s'attaquer au glioblastome, la forme la plus fréquente du cancer du cerveau. Leur arme? Le virus de la poliomyélite.

Un texte de Dominique Forget, de Découverte

« Le glioblastome est un cancer tentaculaire. La tumeur projette ses racines dans les méandres du cerveau, un peu comme une pieuvre », explique la Dre Annick Desjardins, une neurooncologue originaire du Québec qui supervise les essais cliniques à l’Université Duke, en Caroline du Nord.

Annick Desjardins.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La neuro-oncologue du Duke Cancer Center, aux États-Unis, Annick Desjardins

Photo : Radio-Canada

Même si les chirurgiens retirent la tumeur, ils n’arrivent pas à enlever toutes ses ramifications, car ils risquent de perturber des fonctions cérébrales essentielles, comme la mémoire.

Des cellules malignes sont laissées derrière et, tôt ou tard, la tumeur revient. La survie moyenne après un diagnostic de glioblastome est de 15 mois.

Au milieu de cette noirceur, une lueur apparaît à l’horizon.

Depuis 2012, l’équipe du Duke Cancer Center injecte le virus de la polio directement dans la tumeur de patients. Quelques-uns sont encore en vie, six ans après avoir reçu le traitement.

Un vieil ennemi devenu un allié

Le poliovirus est extrêmement virulent. Il peut s’attaquer au système nerveux et entraîner des paralysies sévères, voire la mort. Avant la mise au point d’un vaccin, dans les années 1950, la poliomyélite a tué des millions de personnes.

Matthias Gromeier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le biologiste moléculaire Matthias Gromeier du Duke University Medical Center, aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada

Grâce à des années de travail, le chercheur Matthias Gromeier, du Duke University Medical Center, a modifié le virus. Pour l’empêcher de déclencher la poliomyélite, il a remplacé une partie de son bagage génétique par celui d’un virus beaucoup moins dangereux : un rhinovirus.

« C’est un virus qui cause un rhume banal, dit le M. Gromeier. On a pris un petit morceau de ce rhinovirus et on l’a inséré dans le virus de la polio. Cela nous a permis de substituer environ 10 % des gènes du poliovirus. On a obtenu un nouveau virus, un mutant. Quand on l’a injecté dans le cerveau d’animaux, il ne causait plus la polio. »

Le virus mutant n’infecte pas les cellules saines. En revanche, il se propage dans les cellules tumorales. Cette infection envoie une alerte au système immunitaire.

Pour écouter le reportage de Dominique Forget et France Désourdy, rendez-vous sur la page de l’émission Découverte.

Immunothérapie

Matthias Gromeier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Matthias Gromeier a modifié le virus de la polio.

Photo : Radio-Canada

En temps normal, le système immunitaire est incapable de détecter et d’attaquer une tumeur. Cette dernière se cache en quelque sorte derrière une cape d’invisibilité. Le virus de la polio fait tomber cette cape.

Les tumeurs sont sadiques. Elles emploient toutes sortes de mécanismes pour se défiler. Elles ne veulent surtout pas que le système immunitaire les détecte et les attaque.

Matthias Gromeier, Duke University Medical Center

Dans le monde entier, des scientifiques cherchent des moyens de réveiller le système immunitaire pour attaquer des tumeurs. C’est ce qu’on appelle l’immunothérapie.

Le poliovirus est l’une des premières tentatives d’immunothérapie pour traiter le glioblastome.

On injecte le virus alors que le patient, éveillé, est branché à la réserve de poliovirus pendant six heures. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une patiente reçoit une injection du virus de la polio modifié.

Photo : Courtoisie : Duke Cancer Center

Les patients qui participent à l’étude clinique subissent d’abord une chirurgie sous anesthésie générale afin d’ouvrir un passage pour le virus à travers le crâne.

Le virus est injecté dès le lendemain. Le patient, éveillé, est branché à la réserve de poliovirus pendant six heures. Il faut procéder très lentement pour ne pas créer trop de pression d’un seul coup à l’intérieur du cerveau.

Si tout se passe bien, deux mois après l’injection, le système immunitaire se met à attaquer la tumeur.

C'est comme s'il y avait un petit Pac-Man qui prenait des morceaux de la tumeur. Il y a des petits trous qui apparaissent dans la tumeur, un peu comme du fromage suisse.

Annick Desjardins, Duke Cancer Center

Pas de miracle

Une illustration d'une tumeur (en rouge) au centre d'un cerveauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une fois dans la tumeur, le virus envoie une alerte au système immunitaire.

Photo : Radio-Canada

La Dre Desjardins ne parle pas de traitement miracle.

Entre 2012 et 2017, 61 patients ont reçu le traitement dans le cadre de l’essai clinique de phase 1. Un peu plus de 25 % d’entre eux sont encore en vie.

Chez certains patients, la tumeur grossit trop vite. Le système immunitaire n’arrive pas à la neutraliser. Les patients plus jeunes, dont la tumeur est plus petite, semblent mieux répondre au traitement.

Pour le moment, le traitement à l’aide du virus de la polio est offert uniquement aux États-Unis. Les patients étrangers doivent débourser des centaines de milliers de dollars pour se faire traiter au Duke Cancer Center.

La Dre Desjardins espère que, d’ici un an ou deux, des centres pourront offrir le traitement partout dans le monde.

Médecine

Science