•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plus vieilles empreintes humaines en Amérique sur une île de la Colombie-Britannique

Des traces de pas sur une plage
Des traces de pas sur une plage Photo: iStock

Vingt-neuf traces de pas datant de plus 13 000 ans ont été découvertes sur l'île Calvert, en Colombie-Britannique. Ces empreintes, les plus vieilles retrouvées jusqu'ici en Amérique, détaillent les trajets empruntés par les humains pour coloniser le reste du continent.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Il y a 13 000 ans, le Canada est recouvert d’une épaisse couche de glace pouvant mesurer plusieurs kilomètres d’épaisseur à certains endroits. C’est la fin de la dernière ère glaciaire.

Les régions côtières, elles, sont libres de glace, puisque le niveau de la mer y est une centaine de mètres plus bas qu’aujourd’hui. On y retrouve même l’un des plus importants îlots de verdure de la région.

Imaginez maintenant une famille marchant le long d’une des plages de ce qui deviendra la Colombie-Britannique. Deux adultes et un enfant y laisseront une trentaine de traces de pas avant de continuer leur chemin et de disparaître dans l’histoire.

Ces traces se sont figées et ont été recouvertes de sédiments. Elles ont été perdues de vue pendant des milliers d’années, avant d’être mises au jour en 2014.

Sans le savoir, cette famille nous donne aujourd’hui une des meilleures indications du déplacement des humains de cette époque en Amérique (Nouvelle fenêtre).

Un petit pas pour l’homme…

Des chercheurs font des fouilles archéologiques.La découverte vient confirmer que des humains ont longé la côte pacifique il y a 13 000 ans. Photo : Joanne McSporran

La découverte a été faite sur l’île Calvert, sur la côte ouest, en Colombie-Britannique, à environ 100 kilomètres au nord de l’île de Vancouver. Cette île est importante pour deux raisons.

D’abord, même si, globalement, le niveau des mers était de 60 à 120 mètres plus bas, la région où se trouvait l’île n’a vu qu’une montée des eaux de deux à trois mètres après la période glaciaire.

Positionnée, à l’époque, dans une enclave particulière entre certains glaciers, cette île est un des rares endroits où des traces d’humains sur une plage ne se seraient pas retrouvées au fond de la mer aujourd’hui.

La région est aussi très importante pour les Premières Nations, puisqu’on y a trouvé des preuves archéologiques montrant que l’île a été habitée pendant des millénaires. Le lieu est aujourd’hui présent dans les mythes de deux nations : les Heiltsuk et les Wuikinuxv.

C’est pour ces raisons qu’une équipe scientifique, formée notamment de membres des deux nations, y a fait des fouilles en 2014.

Ils ont trouvé, à 60 centimètres de profondeur, une première trace de pas parfaitement préservée dans la glaise.

Une trace de pas sur la plage se serait normalement effacée, mais, dans ce cas, la glaise aurait séché au soleil et se serait remplie de sable à marée haute. Des brindilles de bois incrustées dans la trace ont pu être datées d’il y a environ 13 000 ans.

Deux représentations des traces retrouvées sur la plage.Les traces de pas étaient tellement bien préservées que les chercheurs ont même pu leur donner un équivalent en pointure. Photo : Joanne McSporran

Après cette première découverte, les chercheurs ont poursuivi leurs fouilles et ont dégagé 28 autres traces. Elles étaient tellement bien préservées qu’ils ont pu leur donner un équivalent de pointure.

Un premier individu aurait pu porter du 7 ou du 8 d’homme, un autre, une taille 3 de femme, et, finalement, un dernier qui aurait pu être une pointure d’enfant d’environ 8.

… mais un grand pas pour l’humanité

Ce n'est pas la plus vieille trace de la présence d'êtres humains modernes découverte aussi bas en Amérique.

Celle-ci revient à des marques d’outils laissés sur des os de mastodonte, un cousin des mammouths, qui étaient vieilles de 13 800 ans. Elles ont été mises au jour dans la péninsule Olympique dans l’État de Washington.

Mais, jusqu’à maintenant, on se demandait comment des humains pouvaient avoir traversé les étendues glaciaires qui auraient dû leur bloquer la route entre l’Alaska et le reste du continent.

Cette découverte révèle en fait que des humains ont longé la côte pacifique après avoir traversé le pont de terre qui reliait à l’époque ce qui est devenu aujourd'hui la Russie et l’Alaska.

Puisque l’endroit était aussi une île il y a 13 000 ans, cela indique également que ces humains devaient utiliser certaines formes de bateaux pour naviguer d’une île à l’autre, ou éviter les murs de glace qui se trouvaient sur leur route.

Archéologie

Science