•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford n’aura pas d’autobus de campagne pour les médias

Doug Ford de profil.

Le chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Doug Ford

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Radio-Canada

Contrairement à la pratique habituelle lors de campagnes électorales, le chef conservateur de l'Ontario, Doug Ford, n'emmènera pas de journalistes dans son autobus lorsqu'il sillonnera la province pour courtiser les électeurs, le mois prochain.

Pour nombre d’experts, c’est une façon de contrôler le message, en prévision du scrutin du 7 juin.

[Doug Ford] tente de faire fi de l’imputabilité journalistique en limitant l’accès à sa campagne.

Tim Abray, professeur de sciences politiques à l’Université Queen’s

Pour l’ancien journaliste, il ne s'agit pas d'un geste insignifiant de la part de M. Ford.

La porte-parole du politicien, Melissa Lantsman, rétorque que les événements de la campagne conservatrice seront diffusés en direct sur Internet et que nombre de médias ne sont plus intéressés à débourser des milliers de dollars pour avoir une place à bord d’un autobus de campagne.

Éviter les dérapages

De son côté, la politologue Tamara Small de l’Université de Guelph affirme que le PC cherche à éviter les gaffes.

Une des choses qui rendent Doug Ford très populaire est son habileté à parler librement. Mais c’est aussi le genre de chose qui peut être problématique [pour un politicien en campagne].

Tamara Small, politologue

La professeure Small souligne que les partis politiques cherchent de plus en plus à contrôler leur message.

Elle donne l'exemple de l'ex-premier ministre conservateur Stephen Harper qui avait limité les journalistes à cinq questions lors de points de presse ou de son successeur libéral Justin Trudeau qui a eu recours à un photographe officiel pour inonder les journaux de clichés flatteurs.

Impact sur la démocratie?

Photo de Kathleen Wynne devant des travailleurs.

La première ministre Kathleen Wynne, jeudi.

Photo : Radio-Canada

La première ministre Kathleen Wynne, qui tire de l'arrière sur les conservateurs dans les sondages, pense que le refus de M. Ford d'avoir un autobus de campagne pour les journalistes est un « problème ».

Le processus démocratique dépend des médias.

Kathleen Wynne , première ministre libérale

Pour sa part, le politologue Jonathan Rose de l'Université Queen's croit que c'est une « flèche décochée à l'endroit des médias », mais que la plupart des électeurs « s'en fichent ».

« En fait, ça va peut-être plaire aux partisans de Doug Ford de voir qu'il joue dur avec les médias, explique-t-il. La vague de populisme aux États-Unis qui a déferlé sur l'Ontario depuis l'élection [de Trump] le montre. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique