•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étés à 43 degrés en 2050, selon l'Atlas climatique

Une carte du Canada, où la plupart du pays est bleu, sauf la région des grands-lacs, le Saint-Laurent, et le sud du Manitoba, qui sont rouges.

Les zones rouges, où la plupart des grandes villes canadiennes se trouvent, indiquent les lieux où l'augmentation des températures nocturnes se fera le plus sentir.

Photo : Atlas climatique du Canada

Radio-Canada

Un nouveau site interactif conçu par des chercheurs de l'Université de Winnipeg, Atlas climatique, permet aux Canadiens de visualiser l'impact du changement climatique pour plus de 2 000 villes et villages du pays pendant les 80 prochaines années.

« L’impact [du changement climatique] est stupéfiant », déclare le codirecteur du centre du climat des Prairies de l’Université de Winnipeg, Ian Mauro. Le centre a lancé l’Atlas climatique (Nouvelle fenêtre) le 4 avril.

L’atlas est gratuit, bilingue, et une première au monde, dit-il.

Les données font partie de cette carte, mais l’autre part c’est de la narration

Ian Mauro, codirecteur du centre du climat des Prairies de l’Université de Winnipeg

« C’est un site très interactif [...] C’est un outil en ligne pour montrer aux Canadiens, peu importe où ils vivent, ce que le changement climatique est censé leur faire », affirme l’autre codirecteur du centre du climat des Prairies de l’Université de Winnipeg, Danny Blair.

Avec cette carte qui regroupe des données de 12 modèles climatiques, les chercheurs veulent démocratiser les enjeux du changement climatique.

« Il est totalement clair pour la communauté scientifique que le changement climatique arrive, déclare Ian Mauro. Le hic c’est : comment traduire ces données en quelque chose qui a du sens pour les Canadiens? »

Par exemple, en 2050, les journées les plus chaudes de l’année à Winnipeg pourraient atteindre les 43,8 degrés Celsius, selon l’Atlas climatique. La moyenne des journées les plus chaudes de 1976 à 2005 est de 34,5 degrés Celsius.

Graphique : Projection des changements climatiques à Winnipeg. La journée la plus froide de l'année pourrait passer de -36 degrés Celsius à -25,6 degrés Celsius d'ici 2051. Le nombre de jours où la température atteindra 30 degrés Celsius est de 78 pour cette même années, versus 11 jours par année en moyenne de 1976 à 2005  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les usagers de l'Atlas climatique peuvent examiner des projections des températures à l'avenir de 2021 à 2050, et de 2051 à 2080.

Photo : Atlas climatique du Canada

Un autre exemple tiré de l’atlas : si aucun changement n’est apporté aux émissions de gaz à effet de serre pendant 45 ans, Toronto verrait en moyenne 53 jours par année au-dessus des 30 degrés. La moyenne de 1976 à 2005 était de 12 jours par année où la température dépassait les 30 degrés Celsius.

Outre les risques que cela pose pour la santé, le professeur Danny Blair s'inquiète pour l'agriculture. Il affirme que les Prairies canadiennes pourraient connaître de grandes périodes de sécheresse et des problèmes d'eau.

De même que la fonte des glaces arctiques et du pergélisol menace les écosystèmes de l'Arctique et les modes de vie traditionnels.

L’Atlas climatique propose également des solutions aux citoyens canadiens et aux grandes entreprises. En somme, c’est une initiative pour que tous soient conscientisés à la lutte contre le réchauffement climatique.

Avec des informations de Marie-Lise Mormina et de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Changements climatiques