•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta à la recherche de projets d'électricité renouvelable

Vue sur une dame aux cheveux courts qui parle

Margaret McCuaig-Boyd, ministre de l'Énergie en Alberta

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de l'Alberta lance la deuxième et la troisième phase du programme Électricité renouvelable et aspire toujours à devenir un chef de file en matière d'énergie verte. Selon la province, ce programme fournira 700 mégawatts d'énergie propre, une quantité pouvant répondre aux besoins de près de 300 000 maisons.

Un texte de Charlotte Dumoulin

« Je suis fière que l’Alberta soit un leader dans le secteur pétrolier [et] que nous pouvons aussi être un leader dans le domaine des énergies renouvelables. Nous pouvons faire les deux », a tenu à préciser Margaret McCuaig-Boyd, la ministre de l’Énergie, en conférence de presse mercredi.

Ce projet est dans le cadre du plan provincial Leadership climatique. L'Alberta Electric System Operator (AESO), qui gère le marché de l'électricité dans la province, est responsable du processus d’appel d’offres. L'annonce des deux projets retenus sera faite à la fin de l’année en cours.

Selon la ministre de l’Énergie, le programme Électricité renouvelable qui est financé par la taxe sur le carbone créera environ 7000 emplois, en plus d’attirer un investissement du secteur privé de près de 10 milliards de dollars.

L’une des phases annoncées mercredi comprend un partenariat entre le secteur privé et les communautés autochtones pour la production de 300 mégawatts d’électricité verte.

L'Alberta se donne pour cible de produire 30 % d’énergie verte d’ici 2030 tout en gardant l’électricité au plus bas prix possible. « Nous pouvons être des leaders internationaux », pense la ministre. « Notre province a la chance d’avoir plusieurs ressources importantes comme le pétrole. Mais, elle a aussi le soleil et le vent », ajoute-t-elle.

La ministre indique que les entreprises ont carte blanche en ce qui concerne le type de technologie qu'elles mettront de l'avant dans leur offre pour obtenir le contrat. Pour la première phase du programme, la ministre rappelle que ce sont des projets à énergie éolienne qui ont été sélectionnés en décembre 2017, mais il pourrait en être autrement dans ces deux autres phases.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !