•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autiste et toiletteur : l’histoire de Samuel

Samuel pose avec Winter, le chien d'accueil du salon Beauté canine et féline

Samuel et Winter, le chien d'accueil du salon Beauté canine et féline

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En plein cœur de la rue Sainte-Anne à Chicoutimi, se trouve le salon de toilettage Beauté canine et féline. C'est là que Samuel Ouellet, 25 ans, Asperger, travaille comme toiletteur.

Un texte de Mélissa Savoie-Soulières

Le jeune homme qui vit avec un trouble du spectre de l’autisme accompagne les techniciennes en toilettage depuis plus d’un an.

« J'aide à tenir les chiens quand c'est nécessaire. Des fois, j'en profite et j'en câline un. Sinon, la plupart du temps, c'est séchage, lavage et vraiment assistance », explique Samuel.

Samuel Ouellet met du savon sur un petit chien. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samuel Ouellet s'occupe de laver les animaux.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Pour lui, cet emploi n’est rien de moins qu’un rêve. Les autres employées le taquinent, il en remet. Il côtoie des animaux, il adore ça. Et, il socialise avec plein de gens.

C'est magique! C'est extraordinaire! J'adore ça! Être avec des animaux, être avec des gens sympathiques. Il y a un bon esprit d'équipe.

Une citation de : Samuel Ouellet, adjoint toiletteur, Beauté canine et féline

Un salon de toilettage à vocation sociale

La mission sociale du salon a commencé il y a trois ans. La propriétaire du salon a embauché deux personnes avec une déficience intellectuelle pour câliner les chiens et les calmer.

Ensuite est arrivé Samuel qui est devenu un adjoint toiletteur fort utile et apprécié.

Samuel calme un chien pendant que sa collègue Hélène fait sa toilette. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samuel calme un chien pendant que sa collègue Hélène s'occupe de lui.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Depuis son arrivée au salon, Samuel a fait bien des progrès, ce qui réjouit ses parents, ses collègues et sa patronne.

« Samuel est arrivé avec une énergie réservée et des difficultés au bruit. Il y en a des bruits ici : les séchoirs, l'eau. C'était épuisant rapidement... Aujourd'hui, il fait des journées de 9 h à 14 h 30. Il part fatigué, mais on part tous fatigués. Il a acquis physiquement de la force, socialement aussi, les interactions. Ça, maintenant, c’est des acquis », raconte fièrement la propriétaire du salon, Annie Perron.

Maintenant, le salon ne voudrait plus se priver de Samuel... et Samuel ne se priverait plus du salon!

« Qu’est-ce que ça m'apporte? C'est un bien-être, je dirais! C'est plaisant de venir. Je me lève le matin et je me dis :  "Ah! Aujourd'hui je vais aller travailler ça va être le fun!" C'est jamais négatif, c'est toujours plaisant. C'est une bonne expérience de vie », répond le jeune homme, tout sourire.

Samuel s'occupe d'un chien avec une technicienne de toilettage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samuel travaille avec toutes les techniciennes du salon de toilettage, dont Hélène avec qui il rigole beaucoup.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !