•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle Scène perd son directeur général

L'invité devant un micro dans le studio de Sur le vif à Ottawa
Marc-André Boyes-Manseau, lors de son passage à l'émission «Sur le vif» au moment de son arrivée en poste à La Nouvelle Scène, en janvier dernier. Photo: Radio-Canada / Godefroy Macaire Chabi
Radio-Canada

Moins de quatre mois après avoir pris la direction générale de La Nouvelle Scène (LNS), Marc-André Boyes-Manseau a choisi de quitter son poste « pour des raisons personnelles ».

Un texte de Valérie Lessard

Ce départ contraint l'organisme à mettre en place une structure intérimaire afin de permettre de « regarder la situation pour prendre la bonne décision, pour éviter de se retrouver un peu dans la même position dans trois ou quatre mois », a expliqué le président du conseil d'administration de LNS, Jean Lalande.

La Nouvelle Scène sera donc de nouveau sans capitaine à compter du 10 avril.

« Ce fut un grand plaisir de travailler avec [toutes les équipes en place]. J’ai été sincèrement touché et enrichi de leur partage, de leur générosité, de leur écoute et du travail exceptionnel qu’ils font pour animer et faire vibrer ce lieu », a commenté Marc-André Boyes-Manseau, dans le communiqué émis par l'équipe de LNS, mercredi matin, pour annoncer son départ.

Peu de détails ont filtré sur les « raisons personnelles » motivant sa décision. Il a toutefois été possible d'apprendre que le natif de la région de la capitale nationale retournera à Vancouver, où il était directeur administratif du Presentation House Theatre depuis 2015, avant d'être nommé à la barre de La Nouvelle Scène.

On aurait préféré qu'il demeure [mais] il faut respecter le choix des gens. Pour lui, à ce moment-ci de sa carrière, il croyait que c'était mieux de prendre la décision qu'il a prise. Donc, on est mieux d'avoir quelqu'un qui est prêt à travailler et qui est heureux de travailler ici, que quelqu'un qui le fait de reculons.

Jean Lalande, président du conseil d'administration de La Nouvelle Scène

En attendant, des représentants de chacune des compagnies fondatrices et résidentes (Théâtre du Trillium, le Théâtre de la Vieille17, Vox Théâtre et Le Théâtre la Catapulte) se partageront la direction de LNS. Ce comité de quatre gestionnaires sera dirigé par l'actuel directeur administratif et codirecteur général du Théâtre du Trillium, Benoit Roy.

Une Nouvelle Scène sans direction générale?

Si Jean Lalande croit « personnellement » que le poste à la direction générale de La Nouvelle Scène demeure essentiel, il admet cependant que l'option de l'éliminer fera partie des « réflexions » à venir.

« Dans toute organisation, il faut à un moment donné un porte-parole ou un chef [...] pour pouvoir représenter l'organisation et prendre les décisions finales. [...] Normalement, ces personnes-là relèvent du conseil d'administration », a-t-il néanmoins fait valoir, en entrevue à l'émission Sur le vif, mercredi après-midi.

Le président du conseil d'administration de LNS ne cache pas non plus qu'au cours de ses quelques mois en poste, Marc-André Boyes-Manseau leur a fait « réaliser que la structure opérationnelle de l'organisation n'était peut-être pas optimale, et qu'on devait peut-être faire des changements pour mieux répondre aux besoins de la communauté et des quatre compagnies fondatrices et résidentes ».

Car, de l'avis de Jean Lalande, La Nouvelle Scène s'est « épanouie » depuis la fin de la construction en bonifiant son offre en musique et danse, d'autres disciplinaires artistiques complémentaires au théâtre qui y était déjà présenté.

« On veut continuer sur cette lancée-là, en offrant un répertoire encore un peu plus varié, que ce soit dans la nature des spectacles, que ce soit dans les spectateurs qui viennent à La Nouvelle Scène », a souligné M. Lalande.

Avec les informations de Jean-François Chevrier

Ottawa-Gatineau

Théâtre