•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta offrira de l’aide aux toxicomanes en prison

Les mains d'un détenu.
Il y aurait eu 170 surdoses dans les prisons provinciales depuis le début du printemps 2016, dont 32 en 2018 selon les Services de santé de l'Alberta. Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

Après le succès d'un projet pilote mené à Calgary, la province offrira des traitements contre la dépendance aux opioïdes aux détenus. Les Services de santé de l'Alberta (AHS) espèrent freiner l'épidémie de surdoses dans les prisons.

De septembre 2017 à mars 2018, 60 détenus se sont vu prescrire de la suboxone et de la méthadone au Centre correctionnel de Calgary. Les détenus étaient pour la plupart réceptifs aux traitements et prenaient leurs médicaments comme prévu. Les Services de santé de l'Alberta considèrent donc que le programme est un succès.

Il sera donc étendu aux neuf autres prisons de la province, en commençant par le Centre correctionnel de Lethbridge.

« C’est l'occasion d'améliorer les choses dans une population que beaucoup considèrent comme vulnérable », explique le directeur médical pour les services correctionnels des Services de santé, Keith Courtney.

Il y a eu 170 surdoses présumées dans les prisons provinciales depuis le début du printemps 2016, dont 32 en 2018 selon l'organisme. La plupart ont été causées par des opioïdes.

« Ces individus ont besoin de traitement, pas seulement d’aide d’urgence, lance Keith Courtney. Nous offrons une aide individuelle, souvent dans beaucoup de cas, avant qu'ils ne fassent une autre surdose. »

Dans le cadre du projet-pilote mené à Calgary, des détenus à haut risque ayant déjà fait plusieurs surdoses ou souffrant de problèmes de santé liés à la consommation de drogue ont reçu de la suboxone.

Un suivi hors de la prison

Les détenus étaient également suivis par un médecin une fois qu'ils avaient purgé leur peine. Keith Courtney explique que ce suivi permet de réduire les risques de rechute, qui mènent souvent à un retour à la criminalité.

Le programme est maintenant offert à un plus grand nombre de détenus du Centre correctionnel de Calgary.

Le président du Syndicat des agents correctionnels de l’Alberta, Scott Conrad, est favorable à l'idée d’offrir davantage d’aide aux détenus qui souffrent de dépendance. Il doute cependant que la majorité d’entre eux renoncent à la criminalité et à l’usage des drogues.

Selon lui, certains détenus participent à ce genre de programme pour obtenir des privilèges, comme des droits de sortie et à un avancement de leur libération.

Alberta

Drogues et stupéfiants