•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cohabitation linguistique : le prix à payer pour obtenir une nouvelle école en Ontario

Des élèves assis en classe lèvent la main devant leur enseignante.
Les conseils scolaires catholiques anglophone et francophone recevront 25,2 M$ pour la construction d’installations communes dans la communauté d'Espanola, qui compte environ 5000 habitants. Photo: iStock
Radio-Canada

Deux conseils scolaires du nord de la province ont approuvé la construction d'installations communes à Espanola, une petite communauté située à l'ouest du Grand Sudbury. Le début de la construction est prévu en juin.

Un texte de Caroline Bourdua

Le ministère de l’Éducation de l’Ontario fournira plus de 25 M$ pour la construction d’écoles distinctes sur les terrains de l’actuelle école anglaise Sacred Heart et de l’ancienne église Saint-Louis-de-France.

Celles-ci seront gérées par le Conseil scolaire catholique du Nouvel-Ontario (CSCNO) et le Huron-Superior Catholic District School Board (HSCDSB).

Croquis des installations scolaires communes anglaise et française à Espanola.La construction d’installations scolaires communes doit débuter en juin et accueillir les élèves anglophones et francophones dès septembre 2020. Photo : CSCNO

Il y aura au total deux écoles.

Du côté français, les écoles élémentaire Saint-Joseph et secondaire Franco-Ouest seront jumelées et accueilleront les élèves de la maternelle à la 12e année.

Ces deux écoles comptent environ 220 élèves, dont les deux tiers sont du niveau élémentaire.

Nous aurons chacun nos périodes d'utilisation, les enfants ne se rencontreront jamais.

André Bidal, président CSCNO

L’autre école accueillera les enfants de Sacred Heart de la maternelle à la 8e année.

Les deux conseils scolaires ont dû collaborer pour obtenir les fonds de la province afin de répondre aux besoins des élèves d’Espanola, une communauté d’environ 5000 habitants.

« Ce qu'ils nous disent [au ministère de l'Éducation], c'est qu'ils vont donner la préférence aux projets de cohabitation avant des projets d'écoles individuelles », explique le président du CSCNO, André Bidal.

Et malgré la présence d'élèves anglophones, M. Bidal assure que cette cohabitation n’entraînera pas l’assimilation des élèves francophones.

École secondaire catholique Franco-Ouest.Le Conseil scolaire catholique du Nouvel-Ontario loue une école d’un conseil scolaire public anglophone pour son école secondaire. Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

« La cohabitation actuelle entre les élèves du secondaire catholique francophone et le public anglophone n'a jamais bien fonctionné. Nous étions locataires, et il fallait partager des corridors et certains locaux. »

M. Bidal affirme que les différences linguistiques seront respectées, puisque chaque école aura sa propre entrée et que, malgré le partage de certains espaces comme la cour de récréation ou le gymnase, les enfants ne se rencontreront jamais.

« Sauf lors des arrivées et des départs, alors que les autobus scolaires du consortium de services aux élèves de Sudbury cueillent à la fois les enfants des quatre conseils scolaires anglophones et francophones, catholiques et publics », conclut-il.

L'école élémentaire Saint-Joseph à Espanola.L'école élémentaire Saint-Joseph aura aussi sa propre garderie de 50 places dans le nouvel établissement scolaire. Photo : Radio-Canada / Hugo Duchaine

En plus de la construction d’écoles, chacune aura sa garderie de 50 places.

Les deux conseils scolaires ont bon espoir de pouvoir accueillir leur clientèle respective en septembre 2020.

Éducation

Société