•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accord de principe symbolique sur l'ALENA pourrait être annoncé sous peu

Les responsables de la renégociation de l'ALENA pour le Mexique, le Canada et les États-Unis : Ildefonso Guajardo, Chrystia Freeland et Robert Lighthizer.

Les responsables de la renégociation de l'ALENA pour le Mexique, le Canada et les États-Unis : Ildefonso Guajardo, Chrystia Freeland et Robert Lighthizer.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Des observateurs affirment qu'une entente de principe symbolique sur l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) pourrait être bientôt possible, mais que le travail de fond est loin d'être terminé.

Un rapport de Bloomberg rendu public cette semaine affirme que la Maison-Blanche souhaite une annonce par les dirigeants du Canada et du Mexique des grandes lignes générales d'un nouvel ALENA à l'occasion du sommet des Amériques, qui se tiendra la semaine prochaine au Pérou.

Toutefois, des experts soulignent que tout accord de principe anticipé constituerait essentiellement un geste symbolique, étant donné que la partie la plus difficile des négociations ne s'est pas vraiment encore mise en branle.

Laura Dawson, directrice de l'Institut du Canada au Wilson Center à Washington, a indiqué qu'elle serait « très sceptique » à l'égard de toute entente substantielle qui pourrait être annoncée la semaine prochaine.

Selon elle, l'état des discussions sur les enjeux majeurs ne « justifie tout simplement pas une déclaration de victoire dans plusieurs secteurs. »

Dans des discussions avec des négociateurs de l'ALENA, Mme Dawson a dit avoir entendu des rumeurs d'une annonce anticipée.

Néanmoins, une telle annonce, selon elle, ne couvrirait probablement qu'environ 7 des 30 secteurs de négociations. Ces 7 secteurs, a-t-elle ajouté, sont déjà finalisés ou tout près de l'être, et aucun n'est considéré comme substantiel.

« En fait, le travail le plus difficile est encore à venir », a dit Mme Dawson, qui estime que les négociations considérablement complexes sur l'ALENA pourraient se poursuivre pendant une autre année.

Discussions intensives

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, doit se rendre à Washington plus tard cette semaine pour des discussions sur l'ALENA qui incluront une rencontre avec le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer.

Mme Freeland a affirmé la semaine dernière que le Canada était investi « très intensivement » dans les discussions sur l'ALENA et prêt à travailler sur le dossier sans relâche.

Mardi, le négociateur en chef du Mexique, Kenneth Smith Ramos, a écrit sur Twitter que les discussions sur l'ALENA entraient dans une phase d'engagement ministériel « intensif ».

L'expert américain du commerce, Dan Ujczo, a dit avoir entendu qu'une entente par « poignées de main » pourrait être annoncée dès la mi-avril afin de calmer les marchés et le discours politique entourant l'ALENA, particulièrement à l'approche d'élections aux États-Unis et au Mexique.

« Un "accord de principe" [...] offre la possibilité à tout le monde de déclarer victoire tout en gardant la fenêtre ouverte à des changements pour répondre aux gens insatisfaits de l'entente proposée », a souligné par courriel M. Ujczo, un avocat en matière de commerce.

M. Ujczo a soutenu qu'un accord complet serait de toute façon problématique à ce moment, puisqu'il deviendrait un enjeu électoral, autant lors des élections de mi-mandat aux États-Unis que lors de la présidentielle au Mexique.

« Il est mieux de faire baisser la température et de laisser l'ALENA couver pour le reste de 2018 », a-t-il soutenu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accords commerciaux

Économie