•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accorde un financement supplémentaire aux entreprises agricoles

Une brebis et ses agnelets à la Ferme Épiphanoise.

Une brebis et ses agnelets à la Ferme Épiphanoise

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque Boucher

Radio-Canada

Québec annonce un budget supplémentaire pour aider les entreprises agricoles à adapter leurs installations aux nouvelles exigences provinciales en matière de bien-être animal et d'efficacité énergétique.

Un montant de 100 millions de dollars sur cinq ans est accordé au Plan de soutien aux investissements en agriculture contribuant à l'adaptation des entreprises en matière de bien-être animal et d'efficacité énergétique. Cette somme s’ajoute aux 95 millions de dollars annoncés en novembre dernier.

Le ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, est l'un des trois ministres qui en ont fait l’annonce mardi.

« On était loin de se douter que le programme connaîtrait autant de succès sur le plan des intentions. Donc, c’est la raison pour laquelle les ministres des Finances et de l’Agriculture se sont entendus pour doubler cette enveloppe-là », a expliqué le ministre de Rivière-du-Loup-Témiscouata.

Moins de soutien pour la production végétale

L’annonce d'un financement supplémentaire ne fait pas que des heureux.

Selon le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek, la somme prévue pour soutenir les entreprises agricoles est principalement destinée à la production animale, plutôt que végétale.

La production végétale ne reçoit que des miettes. Pourtant, notre secteur est frappé de nouvelles exigences qui viennent compromettre sa compétitivité.

Christian Overbeek, président des Producteurs de grains du Québec (extrait du communiqué)

Christian Overbeek explique que les producteurs ont besoin d’aide financière pour se conformer à la nouvelle réglementation sur les pesticides qui, selon lui, a un impact négatif sur leur productivité.

D’après les informations de Jérôme Lévesque Boucher

Agro-industrie

Économie