•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revenu minimum garanti : encore quelques places pour Thunder Bay 

Un sans-abri au bas d'un escalier
Un revenu minimum garanti aide les démunis à mieux se loger et se nourrir, selon la clinique d’aide juridique Kinna-asweya de Thunder Bay en Ontario. Photo: iStock / Istock

Les personnes intéressées à participer au programme ont jusqu'au 16 avril pour s'inscrire.

Le projet de revenu minimum garanti a été lancé il y a un an.

Outre Thunder Bay, des résidents de Hamilton y compris Brantford et le comté de Brant sont les régions désignées du programme pilote.

« Nous avons presque tout comblé les places à Thunder Bay », a indiqué le ministre Peter Milczyn, responsable de la Stratégie ontarienne de réduction de la pauvreté.

Selon Sally Colquhoun, de la clinique juridique Kinna-aweya, ce programme peut être bénéfique pour les gens qui n’ont même pas les moyens de se procurer les nécessités de base.

Cela permet à ces gens d’améliorer leur condition de logement et leur alimentation.

Sally Colquhoun, clinituq juridique Kinna-aweya

Sa clinique qui coordonne le projet de revenu minimum garanti à Thunder Bay indique que des gens célibataires qui ont déjà commencé le programme, reçoivent un peu moins de 1500 $ par mois, soient environ le double que cette même personne recevrait en moyenne avec des prestations d’aide sociale.

Sally Colquhoun est la coordonnatrice des services de la clinique juridique Kinna-aweya de Thunder Bay. La clinique juridique où travaille Mme Colquhoun aide les gens intéressés à postuler pour participer au programme pilote de revenu minimum garanti en Ontario. Photo : CBC/Amy Hadley

Les conditions sont aussi plus flexibles, explique Mme Colquhoun.

« Vous n’avez pas à déclarer si vous habitez seul ou non, ni votre emploi du temps. Certains profitent même de l’occasion pour retourner sur les bancs d’école ou participer à d’autres occasions qu’ils ne pourraient se permettre de faire sans cette somme », dit-elle.

Le projet-pilote a une durée de trois ans.

Un itinérant traverse une rue.En date du mois de mars, plus de 4000 personnes sur un total de 6000 candidatures possibles ont manifesté leur intérêt dans les trois régions. Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Une partie importante du programme est la collecte de données, selon le ministre Milczyn.

« L’aide sociale actuelle comprend une somme maximale de 400 $ par mois pour se loger, explique Mme Colquhoun. On ne peut même pas louer une chambre à Thunder Bay ni ailleurs en Ontario à ce prix. »

C’est pourquoi elle croit qu’au départ tout futur programme doit prévoir des sommes réalistes.

Avec les informations de CBC

Pauvreté

Société