•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Piétonne écrasée : Interpaving obtient à peine la note de passage

Une marchette à proximité d'une niveleuse. Des rubans jaunes indiquent une scène d'accident.

Cécile Paquette, 58 ans, est morte écrasée par une niveleuse alors qu'elle traversait la rue Elgin où des employés d'Interpaving travaillaient à la réfection de la chaussée le 30 septembre 2015.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

Les procédures judiciaires contre la Ville du Grand Sudbury accusée d'avoir violé les dispositions du Code de santé et sécurité au travail reprendront demain matin. Mardi un tribunal de la Cour de justice de l'Ontario a entendu le témoignage d'un haut placé de la compagnie Interpaving, dont une niveleuse a causé la mort d'une piétonne lors de travaux de construction en 2015.

Cécile Paquette était âgée de 58 ans et se déplaçait à l’aide d’une marchette.

Elle traversait la rue Elgin au moment du drame.

Dans son témoignage mardi, le directeur de la compagnie Interpaving, Ken Edwards a dit devant la juge Karen Lische qu’au cours des travaux de réfection de la rue Elgin, la Ville avait évalué le plan de protection de la circulation, les équipements et les mesures de sécurité de son entreprise.

Enseigne de la Place Tom Davies à Sudbury.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hôtel de ville du Grand Sudbury

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

La Ville avait donné une note de passage de 54 %, une note jugée inacceptable, selon M. Edwards.

Il a aussi indiqué qu’aucun changement ne pouvait être apporté sur le chantier sans discussion ni approbation au préalable avec la Ville.

Ajournement

La juge a dû ajourner les audiences jusqu’à mercredi matin, à la suite d’un débat juridique entourant une autre cause devant la Cour divisionnaire de l’Ontario.

Interpaving conteste devant cette instance la décision de la Ville du Grand Sudbury d’imposer un moratoire l’empêchant de soumissionner sur des contrats municipaux depuis le terrible accident.

Une pièce de machinerie lourde de la compagnie Interpaving.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Interpaving parvient à un accord avec le ministère du Travail, mais doit aussi verser une amende de 195 000 dollars.

Photo : Radio-Canada / CBC/Erik White

Les avocats d’Interpaving soutiennent que des discussions de ce moratoire devant le tribunal du travail pourraient nuire aux procédures devant la Cour divisionnaire, parce que les parties tentent d’en arriver à une entente à l’amiable.

La juge Lische a demandé aux parties de s’entendre pour ne pas discuter du moratoire, sous peine de devoir trancher, faute d’un accord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accidents et catastrophes

Justice et faits divers