•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise de Québec veut embaucher les personnes congédiées par Walmart

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le Groupe TAQ est une entreprise adaptée.

Le Groupe TAQ est une entreprise adaptée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une entreprise de Québec veut faire contrepoids à la décision de Walmart qui a mis fin cette semaine à son programme d'intégration des personnes présentant une déficience intellectuelle. Le Groupe TAQ promet d'embaucher toutes les personnes qui ont été congédiées.

Dans la région de la Capitale-Nationale, une vingtaine de personnes ont été touchées par la décision de Walmart. Dans Chaudière-Appalaches, ce sont 25 personnes.

Indigné par les façons de faire de l'entreprise américaine, le directeur général du Groupe TAQ, Gabriel Tremblay, affirme que les personnes présentant une déficience intellectuelle « ne sont pas des citoyens de deuxième ordre ».

J’ouvre les bras à tous ces travailleurs : devenez nos équipiers et venez contribuer au développement socio-économique dans le respect de votre différence.

Gabriel Tremblay, directeur général du Groupe TAQ

« J’invite mes collègues du réseau des entreprises adaptées [...] de faire le même geste », dit-il.


Une entreprise adaptée

D'après le site web du Groupe TAQ, 70 % des employés de l'entreprise connaissent des limitations fonctionnelles.

Le Groupe TAQ est une entreprise adaptée qui se spécialise depuis plus de 35 ans dans la sous-traitance manufacturière et la préparation postale. Il compte 260 employés.

« On apprécie que les gens travaillent pour nous, on reconnaît leur capacité. Pour la première fois de leur vie, ces gens-là se retrouvent dans un environnement où ils ne sont pas jugés », indique Gabriel Tremblay.

Le directeur général de Groupe TAQ, Gabriel TremblayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général de Groupe TAQ, Gabriel Tremblay

Photo : Radio-Canada


Rareté de main-d’oeuvre

Le directeur général du Groupe TAQ, Gabriel Tremblay, croit que les entreprises du Québec doivent se tourner vers ces personnes pour pourvoir les nombreux postes vacants.

« Quand je vois une entreprise comme Walmart, imaginez, c’est un programme qui leur coûtait 5 $ par jour, par personne. C’est vraiment à contre-courant de ce que le Québec veut faire », souligne-t-il.

Il affirme que même si ces employés sont productifs à 50 ou 60 %, « ce n’est pas grave, c’est ce qu’on leur demande ».

Suzie Bouchard est contremaître pour le Groupe TAQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Suzie Bouchard est contremaître pour le Groupe TAQ.

Photo : Radio-Canada

Suzie Bouchard, contremaître pour le Groupe TAQ depuis 34 ans, ne comprend pas la décision de Walmart.

Elle souligne que certaines personnes ont travaillé pour l'entreprise américaine pendant près de 20 ans.

« Les personnes handicapées se donnent tellement à cœur pour travailler. Ils se donnent à 200 %, ils veulent sortir de la maison », dit-elle.

Quant à Walmart, son vice-président des affaires de l'entreprise, Robert Nicol, a fait une déclaration samedi pour assurer qu'il comptait trouver d'autres façons de soutenir la formation professionnelle des personnes présentant une déficience intellectuelle.

Avec les informations de Pascale Lacombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !