•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donner accès à son compte Facebook pour obtenir un visa aux États-Unis

Des usagers de Facebook revoient les réglages de sécurité de leur compte.

Des usagers de Facebook revoient les réglages de sécurité de leur compte.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Les voyageurs voulant se rendre aux États-Unis vont bientôt devoir fournir leur identité sur les réseaux sociaux, leurs précédents numéros de téléphone ainsi que leur adresse de courriel, selon un projet du département d'État publié vendredi.

Cette décision devrait concerner dix millions de personnes par an qui souhaitent obtenir un visa de tourisme ou qui aspirent à immigrer aux États-Unis, mais elle n'affectera ni les voyageurs diplomatiques ni les responsables gouvernementaux. Cette mesure n'affectera pas non plus les Canadiens.

Le programme d'exemptions de visas (ESTA), dont bénéficient une quarantaine de pays riches, mais pas le Canada, n'est pas mentionné dans ce texte.

Rempli préalablement sur Internet, ce programme permet à aux ressortissants de ces pays de rester 90 jours aux États-Unis sans avoir à passer par la lourde procédure d'obtention d'un visa.

Avec l'annonce de vendredi s'ouvre une période de consultation publique de 60 jours sur ces modifications, qui devraient être approuvées le 29 mai.

Les visiteurs concernés devront notamment préciser, à partir d'une liste de réseaux sociaux qui leur sera soumise, sur quelles plateformes ils sont inscrits, et fournir « les identifiants utilisés (...) sur ces plateformes au cours des cinq ans précédant la date de la demande ».

« D'autres questions portent, pour les cinq dernières années, sur les numéros de téléphone, les adresses de courriels et de voyages à l'étranger », selon le document publié par le Journal officiel américain (Federal Register).

La mise en place de telles requêtes a été évoquée pour la première fois l'an dernier dans le cadre de ce que le président Donald Trump a appelé une « vérification poussée » des personnes souhaitant venir aux États-Unis.

Un projet critiqué

Les organisations de défense des droits civiques ont vivement critiqué cette possibilité, au nom de la protection de la vie privée.

Les autorités avancent toutefois que cela leur permettrait d'identifier des extrémistes potentiels, comme le couple ayant commis la fusillade en décembre 2015 à San Bernardino, en Californie. Ces deux individus avaient obtenu un visa malgré le fait qu'ils auraient prôné le jihad sur les réseaux sociaux.

Lors de la dernière année fiscale, quelque 559 536 personnes ont déposé une demande de visa d'immigration et 9,7 millions ont cherché obtenir un visa de visite aux États-Unis sous différentes formes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno