•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sikhs de l’Alberta pourront circuler sans casque de moto

Un homme portant le turban sikh est assis sur une moto, tandis qu'un autre portant un foulard se tient debout, près d'une deuxième moto.

L'Alberta est la troisième province, après le Manitoba et la Colombie-Britannique, à accorder une exemption aux motocyclistes sikhs.

Photo : Facebook/Sikh Motorcycle Club Edmonton

Radio-Canada

Les sikhs de l'Alberta qui portent le turban n'auront plus l'obligation de mettre un casque en faisant de la moto, a annoncé le gouvernement jeudi. Les changements au Code de la route entreront en vigueur le 12 avril.

Les motocyclistes doivent être âgés de plus de 18 ans et se déclarer de bonne foi membres de la religion sikhe pour profiter de l'exemption.

Un règlement similaire existe déjà au Manitoba et en Colombie-Britannique.

Brian Mason, ministre des Transports, a expliqué que cette décision répondait à une demande exprimée depuis longtemps par les sikhs de l’Alberta, et devait se comprendre comme une reconnaissance de leurs pratiques religieuses et de leurs droits civils.

Interrogé sur les implications de cette nouvelle réglementation en termes de sécurité, le ministre a répondu que le gouvernement « pense que le nombre de gens qui vont porter le turban plutôt que le casque sera très petit. »

Identité reconnue

« C’est un grand jour dans l’histoire de l’Alberta », a écrit Gurpreet Pandher, l’un des administrateurs du groupe Facebook du club de moto sikh d’Edmonton.

M. Pandher pense que cette nouvelle régulation donnera de nouvelles occasions d’affaires pour les magasins de réparation de motos, les boutiques d’accessoires et les concessions de motos.

 Cette loi va révéler les identités sikhes sur la route et éduquer les gens sur les membres de notre communauté et la signification du port du turban. 

Gurpreet Pandher, membre du club de moto sikh d'Edmonton

L’organisation mondiale sikhe du Canada accueille l’annonce avec la même satisfaction. Tejinder Singh Sidhu, vice-président pour l’Alberta, a déclaré que « le port du turban est un élément essentiel à l’identité sikhe et représente les valeurs sikhes que sont l’égalité et la spiritualité. Accorder une exemption aux motocyclistes sikhs va leur permettre de faire de la moto sans avoir à compromettre leur foi. »

Débat public

Mais pour Dr Louis Hugo Francescutti, médecin urgentologue, c'est une décision qui mettra la vie des gens en danger. « La loi de la gravité s'applique à toutes les religions », dit-il.

Il regrette que le sujet n'ait pas été débattu publiquement, car selon lui il donne lieu à beaucoup de questions. « Que se passerait-il, demande-t-il, si un sikh voulait jouer dans la LNH? Est-ce la LNH changerait ses règles pour l'autoriser à ne pas porter de casque? (...) Et qu'en est-il des chefs autochtones? J'imagine que leur coiffe est aussi importante que le turban pour les sikhs. Seraient-ils eux aussi autorisés à conduire une moto sans casque? »

« Le cerveau est l'organe le plus important de notre corps, dit-il, il faut donc le protéger ».

Les blessures à la tête coûtent d'ailleurs très cher à soigner, rappelle le médecin, donc les contribuables albertains seraient en droit d'estimer que si les sikhs veulent exercer leur liberté religieuse, ils devraient alors être prêts à prendre eux-mêmes en charge les coûts médicaux associés à cette liberté.

La communauté sikhe de l’Alberta est la troisième plus grande au Canada, avec 52 335 membres, selon le recensement de Statistique Canada de 2011. Les premiers représentants sont arrivés dans la province au début du 20e siècle.

Alberta

Croyances et religions