•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’adaptation de la série « Dix pour cent » se concrétise au Québec

Une scène de la série Appelez mon agent mettant en vedette Cécile de France et Grégory Montel.

Une scène de la série Appelez mon agent mettant en vedette Cécile de France et Grégory Montel.

Photo : Mon Voisin Productions

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Six millions de cotes d'écoute par épisode, ce sont les chiffres enregistrés de l'émission française Dix pour cent, une idée originale du producteur Dominique Besnehard qui sera adaptée au Québec. Cette série, qu'il est cependant déjà possible de visionner sur Tou.tv sous le titre Appelez mon agent, dévoile l'univers parfois méconnu d'une agence artistique et de ses clients : les vedettes du cinéma.

Un texte de Marie-Ève DuSablon

À l’aube de la troisième saison française, M. Besnehard a confié, lors de son passage au Festival du film de l’Outaouais, qu’il rencontrait ce dimanche l’équipe de production et les acteurs. Ce sont en fait Sophie Lorain, Alexis Durand-Brault et le producteur Richard Lalonde qui prendront les rênes de la version québécoise.

Ils ont lu les textes français avant la diffusion et ils ont adoré avant même le succès!

Une citation de : Dominique Besnehard, producteur
L'ex-agent d'artistes et producteur Dominique BesnehardAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ex-agent d'artiste et producteur Dominique Besnehard

Photo : Radio-Canada / André Dalencour

Selon M. Besnehard, les agences artistiques françaises et québécoises se ressemblent beaucoup contrairement à celles des États-Unis, qu’il compare avec humour à de « grands paquebots ». « En France, c’est souvent un bureau, une famille, une tradition comme la famille Goodwin au Québec. C’est le côté un peu artisanal. »

Comme dans la version originale, les acteurs qui incarnent « les vedettes » dans la série seront interprétés par eux-mêmes et joueront donc sous leur propre nom. « Je n’ai aucun droit de regard, mais ce que j’aimerais, c’est d’être dans un épisode de la série québécoise » réplique en riant celui qu'on peut apercevoir dans au moins un épisode de la première saison française.

D’autres pays, tels la Chine et l’Angleterre, sont aussi intéressés à adapter la série.

Dominique Besnehard.. une histoire inspirée de son vécu

La troisième et la quatrième saisons françaises s’avèreront plus irrévérencieuses. M. Besnehard compte aborder les problèmes de drogues qui sont communs dans le domaine du cinéma. Des événements dont il a lui-même été témoin.

« En jouant avec son propre nom, ça peut être difficile. En 20 ans de carrière, j’ai souvent été confronté à ce genre de situations, des acteurs qui n’allaient pas au tournage parce qu’ils étaient complètement défoncés », a-t-il raconté.

Un tableau relatant la carrière de Dominique Besnehard en annéeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La carrière de Dominique Besnehard en année.

Photo : Radio-Canada

La date de la diffusion de la version québécoise de Dix pour cent, qui renvoie au cachet exigé par les agents d'artistes lorsque ces derniers signent un contrat, n’a toujours pas été dévoilée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !