•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas de plus vers la grève : les travailleurs d’IOC à Sept-Îles rejettent l'offre patronale

Un travailleur de Rio Tinto IOC à Sept-Îles descend d'un train
Un travailleur de Rio Tinto IOC à Sept-Îles Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau
Radio-Canada

Les travailleurs syndiqués de Rio Tinto IOC à Sept-Îles rejettent l'offre globale de la partie patronale dans une proportion de 98 %. Dans les prochaines semaines, les travailleurs emboîteront le pas à leurs collègues de Labrador City qui sont en grève depuis lundi.

La question des changements technologiques s’est imposée au cours des négociations.

Les travailleurs craignent les impacts qu'aura l'automatisation des procédés que la minière souhaite implanter progressivement à Sept-Îles, comme c'est le cas ailleurs dans le monde. Les syndiqués n'ont pas réussi à s'entendre avec l'employeur sur cet enjeu.

Les augmentations salariales de 2,4 % par année sont aussi jugées inadéquates. Les travailleurs déplorent que l'offre patronale prévoie une fluctuation de ce taux en fonction de l'évaluation du coût de la vie.

Les augmentations prévues au régime de retraite ont aussi été jugées insuffisantes.

Le représentant du Syndicat des métallos, Dany Maltais, estime que les employés ont droit à leur part de l’augmentation des profits de l’entreprise.

On sait que l'employeur a fait 8,8 milliards de dollars de profit en 2017 et qu'il va verser 5,5 milliards de dollars à ses actionnaires en dividendes. Ce qu'on demande, c'est d'avoir la juste part de ce succès-là. À quelque part, l'employeur est redevable de ce succès à ses travailleurs.

Dany Maltais, représentant du Syndicat des métallos
Dany Maltais est représentant syndicalDany Maltais est représentant syndical Photo : Radio-Canada

« Chaque dollar investi dans le régime de retraite et dans les salaires, c'est un dollar qui reste dans la région », ajoute le président de la section locale 9344 du Syndicat des métallos, Eddy Wright.

Les travailleurs de Sept-Îles pourront déclencher la grève le 10 avril.

Les travailleurs doivent d'abord s'entendre avec IOC sur les services essentiels à maintenir pendant la grève. En l'absence d'une entente, ils devront se tourner vers le Conseil canadien des relations industrielles pour trancher la question, ce qui pourrait repousser la date d'entrée en grève.

De son côté, la porte-parole d'IOC, Claudine Gagnon affirme que la minière est déçue de cette décision des travailleurs.

On considère avoir présenté une offre équitable aux représentants de nos travailleurs de Sept-Îles. Aujourd'hui, on reçoit le préavis de grève et on va s'assurer de la sécurité de nos installations.

Claudine Gagnon, porte-parole de Rio Tinto IOC

Elle ne peut toutefois confirmer si la compagnie minière a l'intention de faire une nouvelle proposition aux travailleurs.

Côte-Nord

Métaux et minerais