•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour émouvant pour Malala au Pakistan

Les détails avec Céline Galipeau
Radio-Canada

La récipiendaire du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai a éclaté en sanglots à son retour au Pakistan jeudi. Une visite-surprise et éclair qu'elle attendait depuis plusieurs années.

C’est la première fois que Malala revient chez elle depuis la tentative d’assassinat des talibans contre elle il y a six ans.

En 2012, des djihadistes pakistanais avaient fait irruption dans l’autobus scolaire qui amenait Malala à l’école. L’un d’eux avait alors demandé qui elle était avant de lui tirer une balle dans la tête. Du haut de ses 14 ans, l’adolescente alimentait avec l’aide de son père directeur d’école un blogue valorisant l’éducation pour les femmes et les filles, qui ne plaisait pas aux talibans, sur le site de la BBC en ourdou, la langue nationale du Pakistan.

« C’est le jour le plus heureux de ma vie. Je ne peux pas croire que cela arrive. Ces cinq dernières années, j’ai rêvé de revenir dans mon pays », a dit en pleurs Malala Yousafzai, aujourd’hui âgée de 20 ans, dans un bref discours à la télévision nationale.

La jeune femme a profité de l’occasion pour parler de l’importance de l’éducation et des efforts de sa fondation pour aider les jeunes filles à aller à l'école. Elle a aussi expliqué que si ça n’avait été que d’elle, elle n’aurait jamais quitté le Pakistan.

Malala, qui voyage avec sa famille sous forte escorte policière, a été accueillie par le premier ministre Shahid Khaqan Abbasi à Islamabad.

« Nous sommes vraiment ravis que notre fille, qui a fait beaucoup pour le nom du Pakistan, soit de retour à la maison, a déclaré de son côté M. Abbasi. Le monde vous a accordé beaucoup de respect et vous recevrez un respect total ici. »

Malala encore controversée au Pakistan

Malala YousafzaiMalala Yousafzai pendant son allocution devant les médias pakistanais. Photo : Radio-Canada

Si plusieurs Pakistanais ont salué la visite de Malala, sa présence reste encore controversée dans le pays où certains la considèrent comme une « traîtresse » et un « agent de l’étranger » manipulé ou payé pour nuire au Pakistan.

Au-delà des cercles islamistes radicaux, la jeune femme est également critiquée par une tranche de la classe moyenne qui croit qu’elle ternit l’image du pays.

Elle ne devrait d’ailleurs pas retourner dans sa région natale de Swat dans le nord-ouest d’Islamabad en raison de menaces contre elle.

« C’est un désir de longue date de Malala et de ses parents de pouvoir visiter Swat, mais elle n’a pas reçu l’autorisation en raison de craintes pour sa sécurité », a expliqué un proche de la jeune militante qui a souhaité rester anonyme.

Les autorités pakistanaises ont rappelé que depuis la tentative d’assassinat, elles avaient capturé plusieurs des suspects, mais que le chef des talibans au Pakistan, Mullah Fazlullah, était toujours en fuite, possiblement en Afghanistan.

Avec les informations de Reuters, The Associated Press, et Agence France-Presse

Asie

International