•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mine désaffectée pourrait devenir source d’énergie

L'ancienne mine de Penobsquis qui a fermé en décembre 2015.
L'ancienne mine de Penobsquis qui a fermé en décembre 2015. Photo: Ici Radio-Canada/Nicolas Steinbach
Radio-Canada

La Ville de Sussex, au Nouveau-Brunswick, songe à se servir de l'ancienne mine de potasse de Penobsquis pour produire de l'énergie géothermique.

Selon le directeur général de la municipalité, Scott Hatcher, on ferait circuler l’eau réchauffée par la chaleur naturelle de la terre, au fond de la mine, dans des tuyaux qui se rendraient jusqu’à un échangeur de chaleur. La chaleur - ou la fraîcheur, si on souhaite de l’énergie pour la climatisation - serait extraite de l’eau, qui reprendrait alors son circuit dans la mine.

Depuis 2016, la mine est progressivement inondée, un processus qui doit s’achever en 2022. On estime que d’ici 2020, le niveau de l’eau serait suffisant pour produire de l’énergie.

La mine a cessé ses activités à la fin de 2015. Son propriétaire, PotashCorp, avait décidé de concentrer ses activités à une deuxième mine de la région, Picadilly, mais celle-ci a fermé à son tour en janvier 2016, à cause des conditions défavorables du marché.

Le projet de la Ville de Sussex coûterait 11 millions de dollars, selon une étude de faisabilité. La ville doit poursuivre le développement du projet avant de demander une aide financière des autres niveaux de gouvernement pour l'aider à le financer.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables