•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Les Blue Jays font des profits sur la revente de leurs billets sur StubHub

    Des piétons passent devant une entrée du Centre Rogers de Toronto
    Des piétons devant le Centre Rogers de Toronto Photo: Radio-Canada / Francis Ferland

    Une enquête de CBC/Toronto Star révèle que 45 % des billets en vente pour le match d'ouverture des Blue Jays jeudi après-midi ont circulé sur des sites de revente comme StubHub, et que l'équipe en retire des profits.

    Une enquête de Valérie Ouellet, Dave Seglins, Rachel Houlihan et William Wolfe-Wylie de CBC

    Le match d’ouverture d’aujourd’hui a beau afficher complet depuis des jours, il suffit de quelques clics en ligne pour se trouver une place dans les gradins... sur un site de revente.

    Ce marché parallèle est loin d’être une solution de dernière minute pour une poignée d’amateurs à la recherche d’une aubaine. Des données obtenues par CBC suggèrent que ce sont maintenant les revendeurs plutôt que le guichet officiel qui contrôlent une grande proportion des billets – et surtout des prix – pour assister aux grands événements sportifs comme le match d’ouverture des Blue Jays.

    L’équipe de journalistes a suivi à la trace des dizaines de milliers de billets de baseball offerts sur le site TicketMaster, le guichet officiel des Blue Jays, et en a retrouvé presque la moitié sur quatre populaires sites de revente : StubHub, SeatGeek, VividSeats et TicketsNow.

    Près des trois quarts des 20 519 billets retrouvés sur des sites de revente étaient affichés à des prix plus chers que leur prix au détail. Alors que chez TicketMaster, la valeur des billets oscillait entre 32 $ et 160 $, sur les sites de revente, les prix demandés étaient en moyenne deux fois plus chers, selon l’enquête de CBC.

    Au moins 700 billets, la plupart dans des sections convoitées, par exemple près du banc des joueurs ou du troisième coussin, étaient même offerts à cinq fois leur prix initial.

    Si tous les billets surveillés par CBC ont été vendus au dernier prix demandé, ceux qui les détiennent ont pu empocher jusqu’à 2,2 millions de dollars en profits.

    Des chiffres qui ont surpris le blogueur Tom Dakers, grand fan des Blue Jays. Son blogue « Bluebird Banter » est consulté un million de fois par mois. « C’est incroyable! J’aurais estimé qu’environ 10 % des billets étaient en revente », dit-il.

    Plus d’argent dans les poches des Jays

    Une part des profits provenant du marché de la revente va directement dans les poches de l'équipe des Blue Jays, a aussi appris CBC.

    L’an dernier, l’équipe a conclu un « partenariat formel » avec le site StubHub, géant mondial de la revente, qui lui permet entre autres de discrètement percevoir une partie des revenus chaque fois qu’un billet est revendu.

    Le nouvel outil est présenté aux amateurs comme une plateforme « d’intégration des billets », qui leur permet de télécharger et de revendre leurs billets « de façon sécuritaire et sans tracas ». La plupart des équipes des Ligues majeures de baseball (MLB) ont conclu des ententes similaires.

    « Notre entente avec la MLB est un partage de revenus, donc nous partageons les profits avec les équipes chaque fois d’un billet est vendu », a expliqué le chef des communications de StubHub, Glenn Lehrman, en entrevue avec CBC.

    Oui, [les équipes] s'en tirent très bien [financièrement].

    Glenn Lehrman, porte-parole de StubHub

    M. Lehrman a refusé de dévoiler les détails de l'entente.

    Un partenariat trompeur

    L’équipe des Blue Jays a refusé plusieurs demandes d’entrevue de CBC.

    La semaine dernière, le PDG de l’équipe, Mark Shapiro, a admis que la moitié des 13 000 billets de saison appartiennent à des « courtiers » qui revendent ces sièges à profit.

    En entrevue avec la chaîne Sportsnet, il a expliqué que les Blue Jays ont décidé de cibler le marché de la revente dans le but de faire plus de profits.

    Le match d’ouverture sera à guichets fermés sans aucun doute… et ce sera probablement la partie qui va générer le plus de revenus de toute l’histoire du Centre Rogers.

    Le PDG des Blue Jays, Mark Shapiro

    Ce partage des profits avec un site de revente est malhonnête, selon Richard Powers, professeur de gestion des affaires à l’École de gestion Rotman de l’Université de Toronto.

    Ce n’est pas éthique comme comportement, c’est comme s’ils voulaient tromper les amateurs de baseball.

    Richard Powers

    Il se demande si cette pratique pourrait même aller à l’encontre de la loi fédérale sur la concurrence.

    Bientôt un plafond sur les profits en Ontario

    À partir du 1er juillet, il sera illégal de revendre des billets à un prix supérieur à une fois et demie (150 %) sa valeur initiale. Dans son enquête, CBC a trouvé que les trois quarts des billets en revente pour le match d’aujourd’hui dépassent ce plafond.

    Le prix de vente affiché des billets de spectacles et d'événements sportifs en Ontario devra également inclure les frais et les taxes.

    « Les amateurs veulent voir des changements », dit Sophie Kiwala. La députée de Kingston pour le Parti libéral de l’Ontario a présenté ce projet de loi après que la tournée d’adieu du group Tragically Hip eut été ciblée par les revendeurs de billets.

    À son avis, les amateurs d’événements culturels et sportifs sont présentement à la merci des revendeurs, une industrie qui opère sans transparence et qui évolue au-dessus des lois.

    « Je pense que c’est en partie au gouvernement de s’assurer que ceux qui veulent voir un match des Blue Jays ont droit à un accès juste, mais c’est aussi une question d’intégrité et les organisations sportives doivent y adhérer. »

    Méthodologie : comment avons-nous compilé les données?

    CBC News et le Toronto Star ont surveillé les billets pour le premier match de la saison des Blue Jays à partir de l'ouverture officielle des guichets en février, jusqu'à la veille du match. Pendant deux mois, nous avons surveillé Ticketmaster, le vendeur officiel, ainsi que quatre populaires sites de revente. Les billets affichés sur plusieurs sites à la fois ont seulement été comptés une fois. Nos résultats et chiffres finaux sont vraisemblablement une sous-estimation, étant donné que notre collecte de données n'a pas pu identifier chaque siège et billet en revente. Nous avons également exclu les billets affichés à des prix exorbitants (ex: plus de cinq fois le prix original) et les affichages qui n'incluaient pas de sièges précis. (Collecte et analyse de données par William Wolfe-Wylie et Valérie Ouellet).

    Baseball

    Sports