•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSPO veut mettre « les bouchées doubles » pour ouvrir l'école 036 à temps

Une vingtaine d'hommes et de femmes assis autour d'une grande table de réunion.

Les commissaires se sont rencontrés mercredi soir, au Centre Mgr-Lucien-Beaudoin.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada

Une semaine après avoir annoncé que l'ouverture de l'École 036 du Plateau serait repoussée d'un an, la Commission scolaire des portages de l'Outaouais (CSPO) fait machine arrière et affirme qu'elle fera « tout ce qui est possible » pour maintenir la date d'ouverture de l'établissement en août 2019.

La décision a été adoptée à l'unanimité lors d'une réunion extraordinaire, mercredi soir.

La présidente de la CSPO, dont le leadership est remis en question par certains élus, était absente. Les commissaires ont par ailleurs voté pour réitérer leur confiance envers le directeur général, Jean-Claude Bouchard, sans évoquer le cas de Johanne Légaré.

Des commissaires accusent la présidente d'avoir agi unilatéralement en annonçant aux médias son intention de retarder l'ouverture de l'école. Le commissaire Mario Crevier admet avoir appris la nouvelle en consultant un communiqué de presse.

Quand on a annoncé que l'école n'ouvrait pas, ça m'a dérangé.

Mario Crevier, commissaire de la CSPO

« Je ressens que nous, les commissaires élus, on est une pensée complètement extérieure à madame la présidente et qu'elle fait des coups de tête et des déclarations sans discuter avec nous [...] et on le découvre dans les médias », a déploré son collègue Alain Gauthier.

M. Gauthier soutient qu'un vote de confiance aurait été demandé si Mme Légaré avait été présente à la rencontre. « Ça n'aurait pas été juste de ne pas lui laisser la chance de s'expliquer », a ensuite précisé le commissaire.

Collaborer avec la Ville et Junic

Les commissaires doivent maintenant passer à la vitesse supérieure s'ils souhaitent ouvrir l'école à temps. Le cas contraire, ils devront gérer le déplacement de plus de 300 élèves à l'extérieur de leur quartier.

« Mon but, c'est que l'école ouvre. On va acheter un terrain, on va acheter ce qu'il faut, on va négocier avec le promoteur, mais on va en venir à bout », a affirmé M. Crevier.

C'est clair que 2019 n'est plus une question, on va essayer de livrer la marchandise

Alain Gauthier, commissaire de la CSPO

« Nos partenaires nous disent qu'ils sont prêts à nous accompagner et à faire tout ce qui est possible », a affirmé M. Gauthier.

Les commissaires assurent qu'avec une collaboration efficace avec la Municipalité et le promoteur, il sera possible d'ouvrir l'école à temps.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Éducation