•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition demande une réforme majeure à l'Indemnisation des victimes d'actes criminel

Les députés de la CAQ Simon Jolin-Barrette et du PQ, Véronique Hivon

Les députés de la CAQ Simon Jolin-Barrette et du PQ, Véronique Hivon

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les partis d'opposition à Québec demandent une réforme majeure à l'Indemnisation des victimes d'actes criminel (IVAC) pour mieux traiter les victimes d'agressions sexuelles.

Véronique Hivon, du Parti québécois, et Simon Jolin-Barrette réagissaient mercredi à un reportage de Radio-Canada.

Il est anormal selon eux que des victimes d'agressions sexuelles doivent vivre un processus qui s'étire souvent sur des années avant de recevoir des indemnisations financières.

« On semble simplement vouloir multiplier les obstacles pour ne pas offrir d'indemnisations », a déclaré Véronique Hivon.

« Le gouvernement manque de proaction dans ce dossier-là. Ça fait quatre ans que la ministre de la Justice a dit qu'elle ferait une réforme globale de l'IVAC », a ajouté la députée.

Simon Jolin-Barrette croit lui aussi qu'une réforme importante s'impose.

« Ce n'est pas normal que les victimes aient à se battre contre un régime d’indemnisations, pour obtenir des compensations financières, », avance pour sa part M. Jolin-Barrette.

« Le système doit être beaucoup plus souple pour les victimes d'agressions sexuelles. »

Dans un reportage publié mardi, des victimes dénonçaient le délai de prescription de l'IVAC fixé à deux ans, alors qu'il n'y a plus de limite de temps pour porter plainte contre son agresseur au criminel.

Des avocats déplorent également les façons de faire du bureau médical de l'organisme qui fixe les pourcentages d’indemnisation des demandeurs sans jamais les rencontrer.

La ministre de la Justice et responsable de l'IVAC, Stéphanie Vallée, devrait réagir jeudi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Inconduite sexuelle

Société