•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une distillerie unique à Gatineau imaginée par un entrepreneur visionnaire

La distillerie « Artiste en résidence » est située tout près de l'aéroport de Gatineau, aux abords de l'autoroute 50. Photo: Radio-Canada / Karine Lacoste
Radio-Canada

Après trois ans de travail et près de 5 millions de dollars d'investissement, le rêve un peu fou de l'entrepreneur Pierre Mantha prend forme. Le premier produit issu de sa distillerie artisanale, un gin coloré, sera sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ) en juin.

Un texte de Karine Lacoste

La distillerie Artist in residence (ou AiR distillerie) est située près de l’aéroport de Gatineau, au coeur du quartier industriel, dans un édifice aux allures modernes conçu sur mesure.

Pierre Mantha voulait faire les choses « à la vieille méthode », en utilisant des produits locaux. Il utilise donc du maïs cultivé à proximité sur les terres agricoles de la famille Desjardins et de l’eau d’une source qui passe tout près comme ingrédients de base de ses spiritueux.

On ne fera jamais les choses comme les autres ici. Il n’y a pas de fin à ce qu’on peut faire.

Pierre Mantha, président et investisseur, AiR distillerie

Découvrez comment l'alcool est produit à partir de maïs et d'eau :

Produire de l'alcool avec du maïs et de l'eau de source

Pour l’homme d’affaires, « c’est important de faire quelque chose d’unique, différent. »

« On aurait pu acheter de l’éthanol comme tout le monde, ajouter de l’eau et dire que c’est de la vodka. Je ne les blâme pas, on a mis pour un million [de dollars] d’équipements nous autres. Quand tu mets un million d’équipements dans un building de 15 000 pieds carrés, tu te poses tout le temps la question, es-tu un visionnaire, ou tu es un rêveur... on va le savoir dans un an! »

En adoptant cette approche, M. Mantha prend un risque financier. Les coûts de production de l’alcool artisanal sont importants. Il lui coûte 10 $ produire un litre alors qu’il est possible de se procurer la matière brute à 2 $ le litre. Pour s’assurer tout de même d'une certaine rentabilité, il mise sur une production à grand volume.

Des alambics destinés à la production de gin et de vodka. Pierre Mantha a investit près d'un million de dollars en équipement pour sa distillerie. On y retrouve notamment ces alambics au cachet rétro. Photo : Radio-Canada / Karine Lacoste

Les installations de la distillerie permettent pour le moment de produire 200 000 bouteilles d’alcool. Le prochain défi pour Pierre Mantha, c’est de les vendre.

« C’est une autre paire de manches », raconte l’homme d’affaires, parce que tout passe par les sociétés d’État. « SAQ, LCBO, tu peux juste vendre à eux autres », rappelle-t-il, et ces derniers gobent une grande part des revenus. La distillerie vend pour environ 10 $ à la SAQ un produit qui se retrouve sur ses tablettes à près de 40 $, explique M. Mantha.

Un gin et une vodka de AiR distillerie seront commercialisés bientôt. Leur Waxwing Bohemian Gin devrait être sur les tablettes de la SAQ en juin alors que leur produit phare, Vodkalight, devrait y faire son apparition vers la fin de l’été. Ces deux produits feront leur apparition à la LCBO l’an prochain.

Pourquoi l’appeler la distillerie Artist in residence? Parce qu’un artiste sera associé à chaque marque de commerce. On pourra d’ailleurs découvrir leur histoire sur l’étiquette derrière les bouteilles. « Vodkalight, c’est un artificier de Gatineau, Waxwing c’est un parfumier », décrit Pierre.

Des barils sont disposés à l'horizontal sur une grande étagère de bois. Contrairement au gin et à la vodka qui seront commercialisés cette année, le Whisky d'Artiste en résidence doit vieillir 3 ans en baril. Photo : Radio-Canada / Karine Lacoste

Rêveur ou visionnaire ? 

Un homme souriant devant un bar. L'homme d'affaires Pierre Mantha a des idées de grandeur pour sa distillerie « Artiste en résidence ». Il souhaite développer une destination touristique d'envergure dans le quartier industriel, près de l'aéroport de Gatineau. Photo : Radio-Canada / Pierre-Paul Couture

Il y a une grande part d’intuition dans ce que fait Pierre Mantha qui ne connaissait à peu près rien à ce qu’il appelle « la boisson » il y a quelques années. « Il y a cinq ans, j’étais un gars de camion », raconte-t-il.

Cette aventure a commencé il y a trois ans, alors qu’à l’aube de la cinquantaine, l’homme d’affaires assoiffé de projets se cherchait un créneau qui saurait le stimuler.

C’est au cours d’un voyage en Amérique du Sud, où il se rend régulièrement en raison des origines colombiennes de sa femme, que l’idée d’une vodka légère prend forme. Il souhaitait commander une boisson gazeuse « diète » bien connue, mais là-bas personne ne savait ce que c’était. On lui proposa plutôt un « coca light ». Ce petit malentendu linguistique devenant une source d’inspiration, il choisit alors de créer une Vodkalight, soit une vodka à 30 % d’alcool, donc moins calorique.

Il a d’abord visité plusieurs distilleries américaines pour comprendre comment les choses se faisaient, puis il s’est entouré de gens qualifiés pour concrétiser son projet audacieux. La distillerie emploie maintenant huit personnes.

Pierre Mantha rêve grand. Il « voit loin », comme il dit. Il a d’ailleurs créé des compagnies de distribution aux États-Unis et en Amérique du Sud pour pouvoir écouler ses spiritueux dans ces marchés à fort potentiel.

Il a par ailleurs en tête 24 différents produits alcoolisés qui pourraient éventuellement voir le jour, dont un whisky et un moonshine. Il compte ainsi cibler différentes niches.

Il imagine aussi une destination touristique d’envergure autour de sa distillerie. Il aimerait y créer un « Walt Disney de la boisson ».

J’ai plusieurs "business", mais avec celle-là je voulais faire quelque chose de différent, je voulais faire quelque chose dont les gens se rappellent plus tard.

Pierre Mantha, président et investisseur, AiR distillerie

Pierre Mantha se donne deux ans pour vendre 200 000 bouteilles de ses produits et rentabiliser une partie de ses investissements. Si ça fonctionne bien, l’entreprise pourrait accroître ses capacités de production jusqu’à deux millions de bouteilles et doubler son nombre d’employés.

Difficile de prédire s’il fera des affaires en or avec sa distillerie, mais celui qui se décrit comme quelqu'un « d'intense » aura certainement eu beaucoup de plaisir avec ce projet hors de l’ordinaire.

Ottawa-Gatineau

Affaires