•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train de l'est : 4 maires demandent à l'ARTM et au REM de refaire leurs devoirs

Une femme marche sur le quai de la gare de Mascouche.
Le train de l'Est relie la gare de Mascouche au centre-ville de Montréal Photo: Radio-Canada / Francis Labbé
Radio-Canada

Les maires de Mascouche, Terrebonne, Repentigny et Charlemagne demandent à l'Agence régionale de transport métropolitain (ARTM) que le train de l'Est puisse continuer à se rendre directement au centre-ville, sans que les usagers aient à sortir du train pour prendre le Réseau express métropolitain (REM), comme le prévoient les plans de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Ces quatre élus de la région de Lanaudière ont rencontré l'ARTM mercredi matin pour faire valoir leur point de vue – une rencontre « très positive », selon eux.

Actuellement, les plans du REM prévoient la construction d'une nouvelle station entre Ahuntsic et Mont-Royal, baptisée « correspondance A-40 », qui obligerait les usagers à sortir du train de l'Est pour prendre le REM, qui les conduirait ensuite au centre-ville. Les élus estiment qu'un tel changement de ligne diminuerait l'achalandage « d'environ 30 à 50 % ».

Présentement, le train de l'Est emprunte le tunnel sous le mont Royal pour se rendre directement au centre-ville. Or, ce tunnel sera utilisé exclusivement par le REM, selon les plans actuels.

Mais voilà : les maires de Mascouche, Terrebonne, Repentigny et Charlemagne ont convaincu l'ARTM de mettre sur pied un nouveau comité de travail, auquel se grefferont des représentants de la Communauté métropolitaine de Montréal, afin d'évaluer différentes options qui pourraient éviter aux usagers de changer de train :

  • un nouveau tunnel sous le Mont-Royal;
  • l’élargissement du tunnel actuel, bâti en 1912;
  • une nouvelle voie qui contourne le mont Royal.

Des études de faisabilité doivent maintenant être menées par l'ARTM.

Le train de l’Est a coûté quelque 800 M$ à construire.

Début des travaux préparatoires

Par ailleurs, la CDPQ a présenté mercredi les mesures d'atténuation qui seront mises en place sur la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes à compter du vendredi 27 avril pour permettre la réalisation de travaux préparatoires.

« Ces travaux préparatoires nécessiteront une interruption du service [...] à partir du vendredi soir jusqu’au lundi matin 4 h », écrit le Bureau de projet du REM par voie de communiqué.

Ainsi, le dernier départ en direction de la gare Centrale aura lieu à 18 h 33, tandis que le dernier train en direction de Deux-Montagnes partira à 19 h 30.

Cette interruption de service « aura également des impacts sur le service du vendredi soir de la ligne Mascouche », indique-t-on, précisant que les derniers départs auront lieu à 17 h 17 vers Montréal et à 19 h 12 vers Mascouche.

À noter que le train de l'Est ne circule pas les samedis et dimanches.

« Les fermetures de fins de semaine devraient se poursuivre une fois ces travaux préparatoires complétés, afin d’entamer la construction des futures stations , ajoute le Bureau du REM.

Un calendrier consolidé pour l’année 2018 sera donc présenté vers la fin du mois d’avril afin de confirmer ces autres interventions requises sur la ligne Deux-Montagnes.

Avec la collaboration de Laurent Therrien

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Transport en commun