•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection de la baleine noire : les pêcheurs prédisent une saison chaotique

Crabes fraîchement pêchés dans un bac.

Les pêcheurs de crabe craignent les conséquences sur leurs activités des mesures annoncées par Ottawa pour protéger la baleine noire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les pêcheurs acadiens de crabe s'attendent à une saison désordonnée en raison des nouvelles mesures annoncées mercredi par le gouvernement fédéral pour protéger la baleine noire de l'Atlantique Nord dans les eaux de l'est du pays.

Un texte de Pierre Philippe LeBlanc

Douze baleines ont été trouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent en 2017. Certaines ont succombé à des collisions avec des navires; d'autres, à des empêtrements dans des engins de pêche au crabe.

Le ministre fédéral des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, a annoncé mercredi plusieurs nouvelles mesures de conservation de la baleine noire, dont la fermeture des zones de pêche où elles ont été vues l'an dernier. Cette décision laisse les pêcheurs de crabe « bouche bée », selon Joël Gionet, président de l’Association des crabiers acadiens.

« On ne comprend pas pourquoi fermer des zones lorsqu’il n’y a pas de baleine encore là. La zone qu’ils veulent fermer, permanente à partir du 28 avril, c’est le coeur du golfe, c’est le coeur du stock. C’est là où les pêcheurs sont concentrés le plus en début de saison. [...] C’est sûr que ça va avoir un impact important sur le déroulement de la pêche », affirme Joël Gionet.

Je m’attends à une saison chaotique. En mer, ça va être chaotique parce que les gens vont se promener partout, mais on va souhaiter qu’il n’y aura pas de baleine.

Joël Gionet, président de l’Association des crabiers acadiens

Les mesures annoncées n’auront pas d’impact économique sur la pêche, selon le ministre Dominic LeBlanc, mais Joël Gionet soutient le contraire.

« Je ne suis pas d’accord avec ça. Il va y avoir un impact économique. Il va y avoir un impact peut-être plus qu’économique parce que ce matin en conférence téléphonique avec le ministère, ils nous ont dit qu’aussitôt qu’ils vont voir une baleine, ils vont fermer la zone. Donc, les zones vont fermer l'une après l’autre. Les pêcheurs vont se déplacer d’une zone à l’autre constamment. Ça va créer des problèmes énormes sur les fonds de pêche. Il va y avoir probablement des pillages de casiers. On va voir toutes sortes de choses qu’on ne voyait pas avant », craint Joël Gionet.

Avec des informations de Nicolas Steinbach

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches