•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Du bénévolat au cauchemar pour une dame de l’Ascension

    Le reportage de Louis Martineau
    Radio-Canada

    Rosane Couture est prestataire de l'aide-sociale depuis 2004 pour des raisons de santé physique. C'est maintenant sa santé mentale qui est mise à l'épreuve en raison d'une bataille judiciaire avec le gouvernement.

    Tout commence en 2007, quand Rosane Couture commence à faire du bénévolat auprès de familles en difficultés qui sont suivies par le Centre jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

    En guise de dédommagement, le centre lui verse environ 60 $ par semaine et lui rembourse ses frais de déplacement.

    Selon les informations qu’elle reçoit, elle n’a pas besoin de déclarer ces sommes au gouvernement.

    Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale voit les choses autrement et lui réclame 9000 $ pour déclaration frauduleuse.

    Avec un revenu mensuel de 958 $, Rosane Couture devrait payer 56 $ par mois durant 13 ans.

    Tu aides des gens, pis après on te rentre dedans. C’est comme ça que la société te remercie.

    Rosane Couture, résidente de l’Ascension

    Après avoir gagné devant le tribunal administratif du Québec, Mme Couture perd sa cause en appel.

    Appuyée par une avocate de l’aide juridique, elle espère maintenant que la Cour supérieure lui permettra d’éviter de payer une amende qui lui donne le sentiment d’être accusée de fraude.

    J’ai de la misère à avaler ça. J’ai toujours été intègre dans ma vie.

    Rosane Couture, résidente de l’Ascension

    Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale a refusé de commenter le dossier pour des raisons judiciaires et de confidentialité.

    Un cas exceptionnel?

    Le coordonnateur de L’ASTUSE, l’organisme qui défend les droits des chômeurs et des prestataires de la sécurité du revenu, est confronté à ce genre de cas quelques fois par année.

    Sylvain Bergeron avoue que certains de ses bénévoles ont vécu une situation similaire.

    Dans la majorité des cas, Sylvain Bergeron est en mesure de régler ces dossiers à la faveur des prestataires.

    Ce dernier rappelle que le remboursement des dépenses n’est pas considéré comme un revenu au sens de la loi.

    D'après les informations de Louis Martineau

    Saguenay–Lac-St-Jean

    Pauvreté