•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qui m’étonne du budget Leitao

Philippe Couillard et Carlos Leitao se serrent la main.

Philippe Couillard et Carlos Leitao présentent mardi leur cinquième budget.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

ANALYSE - Une fois n'est pas coutume, mais je vais vous faire une petite confession aujourd'hui. J'ai couvert tous les budgets à Québec et à Ottawa depuis 2005 et je suis tout à fait étonné – je suis un grand naïf, me direz-vous sans doute – de constater qu'on sert, une fois de plus, la même bonne vieille recette du robinet des dépenses grand ouvert à quelques mois des élections. Les millions et les milliards pleuvent, les cadeaux, les bonbons... tout à coup, tout est possible. À quelques mois des élections.

Un texte de Gérald Fillion

Comment voulez-vous que les contribuables comprennent l’état réel des finances publiques quand, une année, on leur dit qu’on court à la catastrophe et que, deux ans plus tard, on leur annonce des hausses de dépenses parmi les plus importantes de l’histoire du Québec?

Pourquoi en 2015-16, Québec a-t-il dû limiter ses dépenses de missions à 1,1 % pour les faire grimper de 6,5 % en 2017-18 et de 4,7 % pour 2018-19, selon la prévision budgétaire?

Il est là, mon étonnement. Maintes et maintes fois, les gouvernements, peu importe le parti, ont consacré leurs derniers mois de mandat à l'annonce d'une série de nouvelles positives et généreuses, enrobées d’un discours mielleux sur l’effet exceptionnel de leur travail sur l’économie et l’emploi. Chaque fois, et c’est le cas encore cette année, on laisse tomber les discours de rigueur et de bonne gestion.

Si le gouvernement Couillard dit avoir remis la maison en ordre durant ses premières années au pouvoir, pourquoi faut-il faire un « gros party » à quelques mois des élections, en multipliant les annonces? Pourquoi passe-t-on de 1,1 % à 6,5 % en 2 ans? Quelle est la logique?

C’est comme un vieux film qu’on repasse chaque année électorale. Dites-moi, ça marche encore? Il y a encore un effet dans la population? Vous rappelez-vous les multiples annonces de la première ministre Pauline Marois fin 2013, début 2014, juste avant l’élection d’avril 2014? Vous rappelez-vous aussi la baisse d’impôt de 950 millions de dollars de Jean Charest, en 2007, en route vers une autre élection?

Ce gouvernement fait la même chose : baisse d’impôt dans la mise à jour de novembre 2017, deux remises de 100 $ en 2018 pour permettre aux parents d’acheter des articles scolaires, et une pluie d’annonces ciblées dans le budget 2018-19 pour les familles, les aînés, les aidants, les PME, la santé, l’éducation, la culture, les travailleurs expérimentés, les chauffeurs de taxi, les nouveaux acheteurs de maisons, les gens qui veulent rénover leurs propriétés, les acheteurs de voitures électriques, les régions, les environnementalistes et j’en passe beaucoup.

Je m’étonne aussi de savoir que le ministre des Finances Carlos Leitao promet de revenir à une gestion plus serrée des finances publiques après l’élection. En entrevue à RDI économie, mercredi, il a dit : « Dans les années subséquentes, donc 2019, 2020, 2021, la croissance des dépenses va ralentir. On ne demeure pas à 5 % par année. »

Ainsi, suivez la balle ici, la croissance des dépenses de missions est passée de 1,1 % en 2015-16 à 6,5 % en 2017-18 et retombera à 2,8 % en 2019-20.

En santé, on était à 1,9 % en 2015-16. On passe à 4,6 % cette année. En éducation, on était à 0,6 % en 2015-16. On arrive à 5 % cette année.

Pourquoi ce « stop-and-go »? Pourquoi remonter en année électorale? Pourquoi ne pas avoir suivi une trajectoire moins dure, plus lisse, moins spectaculaire, mais peut-être moins dommageable pour les services et les travailleurs de la santé et de l’éducation?

Mon étonnement est donc celui-ci : est-il prudent, approprié, acceptable, de tout faire pour arriver à un feu d’artifice de dépenses et de baisse d’impôt à quelques mois des élections? Est-ce cela qu’on attend, tout le temps, élection après élection? Vraiment?

Économie