•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bissonnette plaide coupable : « On va pouvoir tourner la page » - Régis Labeaume

Régis Labeaume répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse.
Le maire de Québec, Régis Labeaume Photo: Radio-Canada

La déclaration de culpabilité d'Alexandre Bissonnette va permettre à la population de Québec de passer à autre chose, croit Régis Labeaume.

« Je pense qu'on est tous soulagés de savoir qu'à partir de maintenant, on tourne la page. Pour une communauté comme Québec, pour moi, pour les autres, c'est un soulagement », a réagi le maire en conférence de presse.

Il a ajouté que les aveux d’Alexandre Bissonnette, qui a reconnu mercredi être l’auteur de la tuerie survenue à la grande mosquée de Québec le 29 janvier 2017, apaiseraient la communauté musulmane. Régis Labeaume est toutefois conscient que le processus de deuil est loin d’être terminé.

Évidemment, pour eux, la commémoration a été une étape importante; mais bon, que voulez-vous, lorsque tu perds un conjoint, tu ne peux pas oublier ça du jour au lendemain.

Régis Labeaume, maire de Québec

Regarder vers l’avenir

Les propos du maire de Québec rejoignent ceux des élus de l’Assemblée nationale, qui ont accueilli avec soulagement la décision d’Alexandre Bissonnette de plaider coupable à toutes les accusations retenues contre lui, dont les six chefs de meurtre au premier degré.

« Mes pensées vont encore une fois aux familles et aux victimes. Je pense que le fait de ne pas avoir de procès est un soulagement pour les gens », a lancé Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation et député de Jean-Talon, circonscription dans laquelle se trouve la mosquée.

« Se remémorer ces événements-là à travers des procédures judiciaires, ce n’est jamais simple. Alors, je pense qu’on pourra tourner la page et, comme l’ont dit d’autres avant moi, penser à l’avenir maintenant », poursuit-il.

« On a un devoir de mémoire. Si on travaille sur le vivre ensemble. Si on travaille pour qu’il y ait moins de tensions entre les individus. Si on soutient ceux et celles qui ont des difficultés et qui sont les survivants de cette tragédie, je pense qu’on aura fait un bout de chemin », a-t-il conclu.

Un pas en avant

Quant au leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, il pense lui aussi que le geste d’Alexandre Bissonnette est un pas en avant, mais que beaucoup reste à faire pour vivre en harmonie avec la communauté musulmane.

« Évidemment, ça ferme le dossier, mais je ne suis pas sûr que ça règle tout. Il y a toujours beaucoup d’émotions, de sentiments qui restent après ça, et je pense que c’est une multitude de gestes qui doivent suivre pour essayer de se réunir », a-t-il commenté.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a pour sa part accueilli positivement la nouvelle, disant lui aussi penser aux familles des victimes.

« Plus vite la justice sera rendue dans ce dossier, mieux ce sera », a-t-il déclaré.

Commotion

De son côté, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a rappelé que la tuerie avait causé une commotion à travers le Québec tout entier.

« L’événement de la mosquée à Québec n’a pas touché simplement la ville de Québec, mais le Québec au complet. Je pense que les gens sont certainement rassurés de cette décision-là », a-t-il affirmé.

Pour lui, la reconnaissance de culpabilité d'Alexandre Bissonnette facilitera le deuil des familles. « Humainement, j'en suis convaincu », a-t-il soutenu.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est du même avis.

« Je pense que, d’une certaine façon, c’est une bonne nouvelle. Ça permet aux familles des victimes de faire leur deuil et de passer à autre chose », a-t-il fait valoir.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique