•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre Bissonnette plaide coupable et évite un procès

Les explications de Yannick Bergeron.

Alexandre Bissonnette a reconnu ce matin être l'auteur de la tuerie qui a fait six morts à la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2017. Pour la première fois, il a pris la parole en lisant une lettre aux familles des victimes de la tragédie.

D'après les informations de Yannick Bergeron

« J'ai honte de ce que j'ai fait, a-t-il déclaré. J'aimerais pouvoir vous demander pardon pour tout le mal que je vous ai fait, mais je sais que mon geste est impardonnable. »

Vêtu d'une chemise bleu pâle, l'homme de 28 ans a plaidé coupable à toutes les accusations : six de meurtre au premier degré et six autres de tentatives de meurtre, sur une quarantaine de fidèles qui étaient réunis pour la prière. Le meurtrier évite ainsi la tenue d'un procès qui s'annonçait pénible pour les familles des victimes.

L'émotion était à son comble dans la salle où une centaine de personnes étaient réunies. Les parents d'Alexandre Bissonnette, qui étaient présents, sont restés impassibles lorsque le juge François Huot a déclaré leur fils coupable des accusations.

Documents judiciaires rendus publics

Comme Alexandre Bissonnette a plaidé coupable, plusieurs détails de son arrestation ont pu être rendus publics mercredi.

Étant « très anxieux et instable », Bissonnette a habité chez ses parents dans la semaine qui a précédé la tragédie.

Ces derniers ont dévoilé aux policiers qu’il était suivi à la Clinique médicale Saint-Louis et que son médecin lui avait prescrit un nouveau médicament : l’Apo-Paroxétine.

Au moment du drame, Alexandre Bissonnette était « en accord avec les propos de Donald Trump à l’effet de bloquer toute immigration », a confié sa mère au cours d’un interrogatoire.

Coup de théâtre

C'est un revirement inattendu de la part de l'accusé qui avait d'abord plaidé non coupable, lundi matin, aux accusations.

Au retour de la pause du dîner ce jour-là, Alexandre Bissonnette a pris tout le monde par surprise, y compris le juge, en faisant part de sa nouvelle intention.

Devant l'importance du moment, le juge François Huot a demandé à Bissonnette s'il était pleinement conscient des conséquences de sa décision. « J'y ai longuement réfléchi », a-t-il assuré devant la cour.

Bissonnette a justifié sa volte-face par de nouveaux éléments de preuve qui venaient de lui être transmis et qui ont mené à sa décision « mûrement réfléchie ».

Ses avocats ont reçu le rapport d'une psychiatre sur lequel ils devaient baser leur défense au cours de la dernière fin de semaine.

Malgré le choix de l'accusé, le juge a pris de nombreuses précautions en lui posant des questions sur son état mental et physique. Le frêle jeune homme a confirmé qu'il n'était sous l'influence d'aucune substance.

La prison à vie

En reconnaissant les meurtres, Alexandre Bissonnette est condamné automatiquement à une peine de prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. La poursuite peut demander que cette période soit cumulative pour les six meurtres.

Les recommandations sur la peine débuteront au palais de justice de Québec le mardi 10 avril prochain. L'avocat d'Alexandre Bissonnette, Me Charles-Olivier Gosselin, a exigé du temps de préparation, puisque son client risque « la sentence la plus sévère imposée au Canada depuis l'abolition de la peine de mort », selon lui.

Victimes de meurtre :

Ibrahim Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belkacemi, Abdelkrim Hassane, Azzedine Soufiane, Abouker Thabti.

Victimes de tentative de meurtre :

Said Akjour, Aymen Derbali, Said El Amari, Nizar Ghali, Mohamed Khabar et 35 autres personnes (dont 4 enfants) qui ont assisté à la tuerie, sans être atteints par les balles.

Québec

Justice et faits divers