•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mérule pleureuse : un nouveau programme pour soutenir les victimes

La mérule pleureuse est un champignon qui s'attaque au bois et détruit la structure des maisons.

5 millions de dollars sont investis pour venir en aide aux propriétaires dont la résidence est aux prises avec la mérule pleureuse.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec crée un nouveau programme pour soutenir financièrement les ménages dont la résidence est aux prises avec la mérule pleureuse.

Dans le dernier budget provincial, 5 millions de dollars sur 3 ans ont été accordés afin d'aider les propriétaires à enrayer ce champignon qu'on appelle aussi « cancer du bâtiment ».

Selon ce qu'on apprend dans les documents budgétaires, l'argent servira à soutenir financièrement les victimes de la mérule dans la réalisation de travaux de décontamination et de réhabilitation.

En 2016, un couple qui habitait à Saint-Marcellin a été contraint de démolir sa maison infestée du champignon, tout en continuant de payer son hypothèque. Depuis, plusieurs cas ont été signalés au gouvernement.

Démolition de la maison infestée par la mérule pleureuse, à Saint-Marcellin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un couple a dû démolir sa maison infestée par la mérule pleureuse, à Saint-Marcellin, en 2016.

Photo : Radio-Canada

Accompagner les propriétaires

Le regroupement Mérule pleureuse Québec obtient aussi un financement pour accompagner les propriétaires sinistrés dans leurs démarches.

Cette aide de Québec représente l'aboutissement de quatre ans de démarches du groupe Mérule Pleureuse Québec, qui se dit satisfait des sommes investies.

Par ailleurs, on apprend aussi dans le budget que l’Université Laval réalisera une recherche sur les causes et les effets de ce champignon, dans le but d'élargir les connaissances en matière de détection, de prévention efficace et de décontamination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !