•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les attentes saskatchewanaises pour le Plan d'action sur les langues officielles

Carte du Canada avec les drapeaux des différentes communautés francophones du pays.
La francophonie canadienne Photo: Radio-Canada / Philippe Duclos
Radio-Canada

Le gouvernement fédéral dévoilera mercredi son Plan d'action quinquennal sur les langues officielles. Ce plan devrait donner une meilleure idée de la façon dont seront investis les 400 millions de dollars annoncés dans le dernier budget fédéral pour les communautés en situation minoritaire.

Selon le directeur général de l'Association jeunesse fransaskoise, Julien Gaudet, un investissement massif est primordial.

Il souhaite aussi que le gouvernement propose des initiatives pour favoriser la création de milieux de vie en français pour les jeunes.

Il veut que l’on permette aux jeunes de « participer activement dans leur communauté, ne pas juste consommer de la culture, mais d'être en capacité de la créer ».

Des représentants d'organismes francophones de la province sont à Ottawa pour assister à l'annonce, dont le président de l'Assemblée communautaire fransaskoise, Roger Gauthier.

Beaucoup d’attentes de la part de la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) estime qu’il faudrait 575 millions de dollars supplémentaires, sur cinq ans, pour répondre aux besoins des organismes francophones en situation minoritaire.

Le plan d’action quinquennal précédent s'élevait à un peu plus de 1 milliard de dollars.

En janvier dernier, la Fédération et ses 18 organismes membres ont lancé un ultimatum à Ottawa. Le président de la FCFA, Jean Johnson, a donné deux mois « pour poser des gestes significatifs dans le dossier des langues officielles ».

Il demande que le premier ministre Justin Trudeau prenne formellement position et affiche sa volonté de faire de la cause francophone une priorité.

Il attend également un plan d’action « transformatif » pour les communautés francophones. « On ne veut pas gérer le déclin de nos communautés, mais bâtir leur capacité », a déclaré Jean Johnson à l’émission Les samedis du monde en février.

Saskatchewan

Francophonie