•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UNESCO dévoile 6 inscriptions au Registre de la Mémoire du monde du Canada

Une ancienne radio.

Cette radio Meissner a été utilisée par la musicologue Ida Halpern pour documenter et préserver la musique des Premières Nations. Le fonds Ida Halpern est une des premières inscriptions au Registre de la Mémoire du monde.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Commission canadienne pour l'UNESCO a dévoilé mardi à Victoria les premières inscriptions au Registre de la Mémoire du monde du Canada.

Depuis plus d'un an, la commission tente d'inscrire officiellement des archives canadiennes au Registre international de la mémoire du monde, créé par l'UNESCO en 1992.

Six inscriptions ont été faites au registre lors de l’événement qui a eu lieu au Musée royal de la Colombie-Britannique, dont des photos, des lettres historiques et des enregistrements musicaux.

Sébastien Goupil, secrétaire général de la Commission canadienne pour l'UNESCO, dit que le registre sert à « rappeler aux gens qu'il y a des collections incroyables dans les archives, dans les bibliothèques d'institutions qui méritent vraiment toute notre attention ».

La mémoire autochtone occupe une place importante dans le registre. Des chants sacrés autochtones, issus de la collection Ida Halpern, ont été interprétés pour l'occasion.

La musicologue d’origine autrichienne est devenue citoyenne canadienne en 1944. Elle a compilé au cours de sa vie un nombre sans précédent d’enregistrements sonores d’aînés de Premières Nations, notamment ceux des Kwakwaka’wakws, des Nuu-chah-nulths, des Tlingits, des Haïdas et des Salish de la côte ouest.

Les nouvelles inscriptions au registre de la Mémoire du monde du Canada :

  • le Fonds Ida Halpern;
  • les traités de l'île de Vancouver;
  • le Fonds de la Canadian Pacific Railway Company;
  • Témoins des cultures fondatrices : des livres anciens en langues autochtones (1556-1900);
  • La ville de Québec et ses environs en images (1860-1965) : les archives photographiques du fonds J. E. Livernois ltée; et Les Scrapbook Debates.

D’après un reportage d’Erik Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !