•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hausse de 45 % des décès liés aux opioïdes

Des comprimés de fentanyl, un puissant analgésique.

Le fentanyl, un puissant analgésique, est le premier coupable dans la crise actuelle.

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

Radio-Canada

L'Agence de la santé publique du Canada tire la sonnette d'alarme. Au moins 2923 personnes sont décédées d'une surdose apparemment liée aux opioïdes au Canada de janvier à septembre 2017, une hausse de 45 % par rapport à la même période en 2016.

Dans sa dernière mise à jour des données nationales préliminaires couvrant l’année 2016 et les trois premiers trimestres de 2017, l’agence affirme que la situation ne cesse de s’aggraver.

Malheureusement, les données publiées aujourd’hui ont confirmé nos craintes en montrant que la crise s’est beaucoup aggravée depuis 2016.

L’Agence de la santé publique du Canada

« La crise a fait autant de victimes au cours des trois premiers trimestres de 2017 que durant toute l’année 2016 », précise l’agence fédérale, qui dit s’attendre « à ce que le nombre de décès liés aux opioïdes en 2017 dépasse les 4000 ».

Le fentanyl, premier coupable

Le fentanyl qui est « produit illégalement et d’autres opioïdes synthétiques jouent un rôle de plus en plus grand dans cette crise », explique l’Agence de la santé publique du Canada.

De janvier à septembre 2017, le fentanyl et ses analogues « étaient en cause dans 72 % des décès accidentels apparemment liés aux opioïdes », une hausse de 17 % comparativement à 2016.

Pour ce qui est des tendances liées à l'âge et selon le sexe, les dernières données indiquent que la plupart des décès accidentels attribuables aux opioïdes se produisent chez les hommes (76 %), le plus fort pourcentage étant observé chez les personnes de 30 à 39 ans (28 %).

Crise des opioïdes

Santé