•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bitcoin de plus en plus employé par les escrocs

Une représentation visuelle du bitcoin

Une représentation visuelle du bitcoin

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Radio-Canada

Depuis qu'il s'est procuré un guichet bitcoin en octobre 2017, le gérant du magasin sudburois The Computer Nook, Donald St-George, dit intercepter en moyenne deux victimes d'escroqueries par mois.

Un texte de Bienvenu Senga

Le dernier cas dont a été témoin le gérant est celui d’un homme venu se servir du guichet pour rembourser une somme excédentaire de 1000 $ qu’il disait avoir reçu en guise de salaire pour un emploi temporaire.

De nombreux autres cas concernent des transactions financières initiées par des arnaqueurs se faisant passer pour des agents de l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Un message à l’écran du guichet met pourtant en garde les utilisateurs contre de tels dangers.

Une photo d'un écran qui montre un avertissementAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un message à l’écran du guichet met en garde les utilisateurs.

Photo : Donald St-George

Le guichet de The Computer Nook est l’un des rares de la sorte dans le Nord ontarien.

« J’ai souvent des gens qui viennent d’Espanola, de North Bay pour l’utiliser », raconte-t-il.

Malgré l’intérêt grandissant que suscitent les cryptomonnaies, le Sudburois estime qu’il y a un grand besoin de sensibilisation à leur fonctionnement.

C’est un investissement à risque et non pas un compte d’épargne.

Donald St-George, gérant du magasin The Computer Nook

S’il arrive d’ailleurs à déjouer plusieurs des escroqueries dont sont victimes ses clients, c’est surtout grâce au manque d’expérience de ceux-ci.

M. St-George affirme intercepter des arnaques lorsqu’un client qui ne sait pas comment utiliser le guichet demande de l’aide.

C’est au moment où il pose quelques questions dans le but d’aider l’utilisateur du guichet qu’il découvre, habituellement, qu’il y a anguille sous roche.

Un guichet bitcoin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le guichet de The Computer Nook est l’un des rares de la sorte dans le Nord de l’Ontario.

Photo : Donald St-George

En 2017, le Centre antifraude du Canada a répertorié 417 cas de fraude liés aux cryptomonnaies à travers le pays.

La division des enquêtes criminelles de la police du Grand Sudbury n’a toujours pas eu affaire à ce type de fraude, mais dit être au courant de l’ampleur du phénomène ailleurs dans la province, là où les guichets bitcoin sont plus accessibles.

Les cas de fraude de tous genres sont d’ailleurs à la hausse dans la ville du nickel, avec 545 cas répertoriés en 2017 comparativement à 353 l’année précédente.

Au cours des trois derniers mois, 85 cas ont été signalés.

Les personnes âgées plus vulnérables

Selon le Centre antifraude du Canada, les escrocs s’en prennent plus facilement aux personnes âgées.

Les stratagèmes varient souvent des escroqueries de propriétés foncières aux stratagèmes de sites de rencontre virtuelle.

Le constat de la vulnérabilité des personnes âgées a d’ailleurs incité la Fédération des aînés et retraités francophones de l’Ontario (FARFO) à mettre sur pied le programme « Aînés branchés et formés ».

Un homme âgé assis sur son lit, avec les mains sur ses genoux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nombre d'aînés victimes de maltraitance est en hausse.

Photo : iStock

Depuis le début du mois, plus d’une centaine de participants de partout en Ontario ont pris part à des ateliers portant sur l’usage des nouvelles technologies.

« Il s’agit d’encourager les gens à ne pas avoir peur, de garder les yeux ouverts et d’être capable de naviguer Internet en sécurité », indique le directeur général de la FARFO, Gilles Fontaine.

Cryptomonnaies

Société